All posts by snddenGW

ABOUT This blog is an experiment from our initial Good Works blog on WordPress (snddenGW). Good Works is our printed international Mission Support magazine. It is published three times a year by the Sisters of Notre Dame de Namur’s Congregational Mission Office. A link to our downloadable, full edition .pdf file is available on our main website: sndden.org or our Good Works – International Magazine Archive. We are experimenting with this “2014 Theme″ template that is designed to automatically scale for desktop, tablet, and smart phone size screens. From your past feedback, we are learning that over 60 percent of you are sending prayer intentions from our mobile websites (if on a smart phone) and 40% from our main site from desktops and tablets. This blog edition will be “tweeted” and announced on Facebook when we are ready to “go pubic.” Please add your feedback in the comment section on any page. It will really be helpful and we move ahead with our social media efforts.

février 2019: La Bonté de Dieu

Section 1
Section 2
Section 3
Section 4

anglais

Découverte de la bonté de Dieu à travers les PERSONNES BIENVEILLANTES qui ont entouré Julie Billiart à Cuvilly

Le point de départ de Julie, comme celui de tous les saints, est la foi ; chez elle, la foi en un Dieu bon, un Dieu Père dont l’amour compatissant l’entoure, la soutient et la porte, quelles que soient les circonstances de la vie. Elle croit en cet amour intelligent, généreux et personnel tout au long de sa vie, que ce soit dans la pauvreté familiale, dans la maladie ou dans le danger mortel de la Révolution.

Pour ce thème du mois de février, nous allons découvrir comment Julie a expérimenté la bonté de Dieu durant sa jeunesse à Cuvilly, petit village dans le Nord de la France où Julie est née et a vécu les 40 premières années de sa vie.



SECTION 1: 3 RÉCITS SUR JULIE ET SA VIE À CUVILLY

a. Le témoignage de MONSIEUR TROUVELOT, curé de Ressons, 20 janvier, 1820
b. Les notes du PÈRE SELLIER,18 juin, 1852
c.  Les Mémoires de MERE SAINT-JOSEPH

Dans les Archives de la Congrégation, nous n’avons pas de témoignages directs d’une personne ayant connu Julie durant sa jeunesse à Cuvilly. C’est à travers le regard de TROIS personnes qui ont bien connu Julie que nous allons découvrir comment Julie a expérimenté la bonté de Dieu durant sa jeunesse.

1 a: Le témoignage de MONSIEUR TROUVELOT, curé de Ressons, 20 janvier 1820   C’est lui qui nous en apprend le plus sur la jeunesse de Julie car il s’est rendu à Cuvilly peu de temps après la mort de Julie pour recueillir les témoignages des contemporains.  «Voilà les renseignements que j’ai pu avoir sur la jeunesse de Julie Billiart, » écrit-il. «Je suis d’autant plus sûr de ce que j’avance, qu’ayant eu l’avantage de connaître particulièrement cette sainte fille, j’ai su d’elle-même la plupart des choses que son frère m’a répétées. » Il s’agit du jeune frère de Julie, Louis Billiart (1754-1832).

signature_trouvelot  trouvelot_1820

1 b: Les notes du PÈRE SELLIER, 18 juin 1852
qui a rencontré Julie en 1795 mais n’eut des rapports avec elle qu’en 1810 ou 1811

Le Père Sellier nous donne des précisions sur l’abbé Dangicourt qui jouera un rôle considérable auprès de Julie.

signature_sellier  sellier_1852

1 c: Les Mémoires de MÈRE SAINT-JOSEPH qui a rencontré Julie en 1794

Entre 1818 et 1838

Les mémoires de Mère Saint-Joseph apportent quelques précisions.

signature mère st joseph  memoiresst_joseph

Nous ajouterons quelques détails donnés par SOEUR THÉRÈSE DE LA PASSION (Elisabeth Lomax) en 1881 et par le PÈRE CLAIR,  qui a écrit une biographie de Julie, écrite en 1895 (celui-ci a eu accès à de nombreux documents, aujourd’hui disparus à cause du bombardement de 1940).

PereCH.CLAIR



SECTION 2:  PERSONNES QUI ONT ENCOURAGÉ JULIE DANS SA FOI D’UN DIEU BON

Pourquoi entendait-on déjà à Cuvilly parler de Julie comme « la sainte qui sourit.» N’est-ce pas qu’intuitivement la population percevait en elle ce sourire de bonté de Dieu imprimé sur son visage.

Julie, aussitôt qu’elle en eut conscience a toujours fait ce choix de vie proposé à chacun dès le début de la Bible: Deut.30 19 « J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie afin que tu vives toi et ta descendance après toi. »

Et c’est ainsi que, pas à pas elle avança dans la vie entourée de personnes qui la confirmèrent dans son identité de « fille bien-aimée du Père. »

Carte interactive avec les personnes qui ont encouragé Julie dans sa foi.
Glissez votre souris sur la carte et cliquez sur les icônes.

 



SECTION 3:  PERSONNES BIENVEILLANTES SUR QUI JULIE A RÉPANDU LA BONTÉ DE DIEU

Tout en touchant à cette bonté qui lui était révélée par Dieu Lui-même : dans la prière, l’Eucharistie, les personnes bienveillantes qui l’entouraient, Julie ne put garder pour elle ce trésor inestimable de vie et elle l’éveilla naturellement en celles et ceux qu’elle côtoyait !

sjb photo1

Dans sa lettre de 1820, Monsieur Trouvelot nous décrit une jeune fille sociable et active: dès l’âge de sept ans, après l’école, « Julie lisait des livres de piété et apprenait le catéchisme aux autres enfants. » D’après les déclarations des villageois recueillis par Monsieur Trouvelot, « Jamais on ne vit Julie dans les assemblées de jeux ni de divertissements. La prière, la lecture de bons livres, instruire les autres enfants, les détourner des occasions du péché : c’étaient là toutes ses récréations. » Julie « était d’un naturel très vif mais aidée de la grâce, elle sut si bien modérer sa vivacité que, même dans son enfance, personne n’en souffrit. » Monsieur Trouvelot tenait du frère de Julie que même quand elle parvenait à froisser son cadet, « elle s’en punissait sur le champ et savait si bien réparer ses torts, qu’elle était la seule qui s’en plaignit. »

« Encore jeune dans la maison paternelle, rapporte Mère Saint-Joseph, elle instruisait les enfants d’une pauvre famille et beaucoup d’autres personnes. De ce nombre était un petit mendiant auquel elle donna de si bonnes leçons qu’elle lui ôta la première grossièreté et le mit en état d’occuper une petite place. Après celle-ci il en eut une autre, et, de place en place, il s’établit et parvint à une honnête fortune. J’ai vu avec attendrissement une lettre très bien écrite, pleine de sentiments de religion et de reconnaissance, qu’il écrivit à notre chère mère trente ans plus tard pour la remercier, la regardant, après Dieu, comme la principale cause de son bonheur. »

sjb photo2

Après sa communion, Julie commença « à s’occuper du travail de la campagne pour aider ses père et mère » et « visitait le Saint-Sacrement dans l’après-midi ou le soir ». « A l’heure du délassement permise au milieu de la journée, elle assemblait les moissonneurs, hommes et femmes, leur parlait du bon Dieu et leur faisait chanter des cantiques. »

Après le vol commis dans la boutique de ses parents , « Julie, âgée de 15 ou 16 ans, se mit à travailler avec un courage que rien ne rebutait ; elle faisait la moisson et il n’y avait pas d’ouvrier qu’elle ne surpassait. »  « Jamais cependant ses devoirs de chrétienne n’en étaient négligés ; elle se confessait et communiait tous les huit jours et faisait toujours avec une piété et un recueillement qui montraient combien elle sentait l’importance de ces actions. Elle tirait du sacrement de l’Eucharistie, les forces dont elle avait besoin pour supporter les fatigues. »

sjb photo3

Le Père Trouvelot nous raconte aussi commenté t, un jour, Julie « se confiant à Dieu » prit  « la route de Beauvais où elle n’avait jamais été pour vendre au premier marchand dont elle vit la boutique la marchandise de ses parents qui manquaient d’argent. »  « Elle continua pendant six ans, à travailler et à faire la moisson. »

A l’âge de 21 ou 22 ans, Julie tomba malade, « victime de l’ignorance de ce misérable chirurgien de Cuvilly qui la saigna au pied. »  Elle en resta « infirme et dans l’impuissance de se servir de ses jambes jusqu’à ce qu’elle en fût guérie. » La maladie aurait pu l’isoler mais sa personnalité expansive et son enthousiasme incitaient les personnes à lui rendre visite.

« Infirme et privée de l’usage de ses jambes, elle trouvait encore du bien à faire. Les nobles dames qui la secouraient dans ses nécessités temporelles y venaient chercher , du gré de leur pasteur, son secours dans leurs nécessités spirituelles. Elle faisait encore le catéchisme à des enfants et les villageois qui s’assemblaient volontiers autour de son lit. »

Carte interactive avec les dames nobles qui vinrent en aide à Julie
Glissez votre souris sur la carte et cliquez sur les icônes.



SECTION 4:  BONTÉ DE DIEU TOUTES LES CIRCONSTANCES DE SA VIE

A l’opposé des vues rigides du Jansénisme qui prédominaient au sein des élites du peuple chrétien français à son époque, Julie décrit toujours Dieu comme un Dieu de bonté.

“Voilà la solide vérité”, disait-elle, “le bon Dieu nous demande de faire seulement le bien qu’il nous est possible de faire, avec sa grâce.”

Julie souffrait de plus en plus mais comme le dit St Paul “c’est lorsque je suis faible que je suis fort” et sa conviction intime en la Bonté de Dieu était inaltérable dans toutes les circonstances de la vie

3-vision-of-comp...-100-px-x-85-px  2-born-to-be-a-teacher  4-from-her-bed,-julie-teaches-little  1-born-to-be-a-teacher

• Durant sa maladie :
Autrefois jeune fille active de Cuvilly, voyageant, commerçant, réconfortant les malades, prenant la tête de la paroisse, Julie, maintenant sur un lit de malade, attendait ; elle se renforçait dans sa foi passant plusieurs heures par jour en prières. D’après le Père Sellier, Julie profita «si bien des leçons de son saint directeur, l’abbé Dangicourt, qu’elle devint en peu d’années un modèle d’édification que la longue série d’épreuves et l’infimité ne contribuèrent pas peu à son avancement dans la voie de la sainteté par les vertus que cet état de souffrances lui donna occasion de pratiquer.» Dans ses Mémoires, Mère Saint-Joseph parle des croix de Julie, de son lit de douleur : «une foi vive pouvait seule soutenir sa patience et des entretiens longs et intimes avec Dieu, dans l’oraison, adoucissaient ses maux, fortifiaient son amour et la disposaient aux desseins de la Providence».

En Post Scriptum à sa lettre, Monsieur Trouvelot rapportent les dires des personnes « qui lui ont parlé hier », : «quand elle était infirme, elle les faisait venir dans sa chambre, qu’elle les instruisait malgré ses douleurs et leur faisait aimer la vertu tant elle la leur peignait avec des couleurs aimables, et surtout par sa patience, sa bonté et le zèle qu’elle mettait à les instruire.»

• Malgré le danger de la Révolution :
Julie ouvrait des chemins de totale confiance en Dieu aux habitants de Cuvilly, déboussolés par les idées nouvelles et les troubles liés à la révolution, ce qui les rassuraient et les guidaient. «Et telle fut l’estime que les villageois avaient conçue pour la pauvre infirme que lorsqu’ils se virent privés de leur pasteur légitime, ils consultèrent Julie pour savoir s’ils devaient obéir au prêtre constitutionnel. Forte dans sa foi, elle empêcha tout ce peuple de sombrer dans le schisme, ce qui lui a valu la persécution des partisans de la révolution.»

Monsieur Trouvelot le dit dans sa lettre en 1820 : «Julie s’occupait de l’instruction de la jeunesse, surtout d’apprendre le catéchisme aux enfants et aux ignorants. Elle eut le bonheur de préserver du schisme beaucoup de personnes qu’elle instruisait quand elles venaient la voir.»