SAINTETÉ PAR LES PAPES PAUL VI (1969) ET FRANÇOIS (2018)1

anglais

Paul VI nous parle de la sainteté lors de la canonisation de Julie Billiart en 1969

Que signifie : « être sainte » ?

C’est le rayonnement du Christ que nous identifions en elle, c’est l’unique lumière que nous célébrons en présentant à la vénération de l’Eglise une vie où cette lumière se répand et resplendit.

Et cette perfection religieuse est avant tout la charité qui nous vient de Dieu et qui nous est transmise.

Charité qui nous parvient par l’Esprit-Saint et se répand dans nos cœurs (Rom. 5,5)

Le miracle prouvé est une marque de sainteté mais qui n’en constitue pas l’essence.

Aujourd’hui, la sainteté est étudiée de préférence sous l’aspect communautaire ou social c’est-à-dire en ce qui concerne l’influence bienfaisante qu’un saint répand autour de lui et aussi ses fruits. Cet aspect est aussi évident dans la Bienheureuse Julie Billiart, à laquelle l’Eglise aujourd’hui reconnaît le juste droit d’être appelée sainte.

Le Pape François nous parle de la sainteté dans le monde actuel dans « Gaudete et  Exultate » 2018

N°21 Le dessein du Père, c’est le Christ, et nous en Lui. La mesure de la sainteté est donnée par la stature que le Christ atteint en nous, par la mesure dans laquelle, avec la force de l’Esprit-Saint, nous modelons toute notre vie sur la sienne.

N°21 C’est le Christ, aimant en nous, car la sainteté n’est rien d’autre que la charité pleinement vécue

N°33 Dans la mesure où il se sanctifie, chaque chrétien devient plus fécond pour le monde.

« Nous sommes appelés dans l’Esprit à la Nouvelle Evangélisation à nous laisser évangéliser et à évangéliser à travers les responsabilités confiées à tous les baptisés. Nous devons jouer notre rôle en tant que sel de la terre et lumière du monde où que nous nous trouvions ».

La nouvelle sainte se place dans la « communion des saints » qui représente l’Eglise. Le rapport est triple :

1° Le culte                                2° L’intercession                                3° L’imitation

Selon le discours de Paul VI lors de la canonisation de Julie Billiart

1) Le culte : nous devons reconnaître et honorer Dieu dans ses œuvres ; qu’y-a-t-il de plus beau et de plus grandiose qu’une âme Sainte ?

2) L’intercession : ne sont-ils pas saints, nos frères, nos amis, nos protecteurs ? Ne sont-ils pas un lien, plus que jamais entre l’Eglise glorieuse dans le ciel et l’Eglise pèlerine sur la terre ? N’existe-t-il pas entre ces deux Eglises un échange de charité, qui fait monter jusqu’aux saints, qui sont nos interprètes auprès de la Bonté divine, notre prière

3) L’Imitation : A quoi bon célébrer les saints, si nous ne cherchons pas d’en suivre leurs exemples ? Les saints ne nous encouragent-ils pas à aspirer, avec foi, à de grands bénéfices, en nous montrant, par leurs exemples, la possibilité d’une pratique réelle de la vertu chrétienne ?

Nul doute que cette canonisation offrira à toutes les filles de cette Sainte Mère l’occasion de reprendre l’histoire humble et grande de sa vie. Tous voudront méditer les différents aspects de sa biographie dont chacun laisse transparaitre une splendeur de grâce et un exemple de vertu chrétienne :l’humilité, la pureté, la patience, la douceur, l’intériorité dans l’agir, et toujours d’une manière quasi connaturelle l’aspiration à l’apostolat, l’amour de l’Eglise au milieu de tant d’épreuves et d’amertumes, l’assiduité à la prière, la dévotion à la Vierge, l’art de se faire aimer et obéir, le talent d’organisatrice avec cette exclamation qui la caractérise toute entière « Comme le Seigneur est Bon »

Si au milieu de tant de rayons de sainteté qui font couronne à la nouvelle Sainte, nous devrions en choisir un comme digne de se projeter sur vos familles religieuses. Nous arrêterions notre regard sur celui qui définit le but de sa fondation, et qui semble lui avoir été congénital dès les premières années de sa vie :l’instruction religieuse et l’éducation chrétienne des jeunes filles, spécialement des pauvres.

Vous du moins, continuez votre sage mission d’enseigner la foi authentique du Christ ; faites goûter aux jeunes les richesses de la vérité religieuse, montrez-leur comment la foi, dans son mystère même, contient la lumière

Selon le Pape François dans « Soyez dans la joie et l’allégresse »

Notre culte plaît à Dieu quand nous y mettons la volonté de vivre avec générosité et quand nous laissons le don reçu de Dieu se traduire par le don de nous-mêmes aux frères.

N° 9 La sainteté est le plus beau visage de l’Eglise

N°3 + 4 On nous invite à reconnaître que nous sommes enveloppés « d’une si grande nuée de témoins » qui nous encouragent à ne pas nous arrêter en chemin, qui nous incitent à continuer de marcher vers le but.

Les saints qui sont déjà parvenus en la présence de Dieu gardent avec nous des liens d’amour et de communion.

Nous pouvons dire que « nous nous savions entourés, conduits, guidés par les amis de Dieu. Je ne dois pas porter seul ce que, en réalité, je ne pourrais jamais porter seul. La troupe des saints de Dieu me protège, me soutient et me porte.

N°11 « Chacun dans sa route » dit le Concile. Il ne faut donc pas se décourager quand on contemple des modèles de sainteté qui semblent inaccessibles. Il y a des témoins qui sont utiles pour nous encourager et nous motiver, mais non pour que nous les copions, car cela pourrait même nous éloigner de la route unique et spécifique que le Seigneur veut pour nous. Ce qui importe, c’est que chaque croyant discerne son propre chemin et mette en lumière le meilleur de lui-même, ce que le Seigneur a déposé de vraiment personnel en lui (1Co 12,7) et qu’il ne s’épuise pas en cherchant à imiter quelque chose qui n’a pas été pensé pour lui. Nous sommes tous appelés à être des témoins, mais il y a de nombreuses formes existentielles de témoignages. …En effet la vie divine se communique aux uns » d’une manière et aux autres d’une autre.

N° 12Parmi les formes variées, je voudrais aussi souligner que le « génie féminin » se manifeste également dans les styles féminins de sainteté, indispensables pour refléter la sainteté de Dieu en ce monde. Même à des époques où les femmes ont été le plus marginalisées, l’Esprit-Saint a précisément suscité des saintes dont le rayonnement a provoqué de nouveaux dynamismes spirituels et d’importantes réformes dans l’Eglise.

N° 109 La force du témoignage des saints, c’est d’observer les béatitudes et le critère du jugement dernier (Mt.25) Ce sont peu de paroles, simples mais pratiques, et valables pour tout le monde, parce que le christianisme est principalement fait pour être pratiqué. Et s’il est objet de réflexion, ceci n’est valable que quand il nous aide à incarner l’Evangile dans la vie quotidienne.

N°145 La communauté qui préserve les petits détails de l’amour, où les membres se protègent les uns les autres et créent un lieu ouvert et d’évangélisation, est le lieu de la présence du Ressuscité qui la sanctifie selon le projet du Père. Parfois, par un don de l’amour du Seigneur, au milieu de ces petits détails, s’offrent à nous des expériences consolantes de Dieu.

 

 

50 Années de Sainteté

<span>%d</span> bloggers like this: