Family

French

1-Citation-Pope-EN

In Amoris Laetitia (The Joy of Love), Pope Francis called on families to create conditions that might allow children “to welcome God’s grace.”

 How did Julie’s parents live in this manner for their children

“Come on, go straight, absolutely straight to the good God like a little child with simplicity of heart.”  Julie, Letter 81.

Julie’s parents opened to her the paths of life and joy but her only Master was the Holy Spirit to whom she responded with the simplicity of a child.

“Unless you turn and become like children, you will never enter the kingdom of heaven.”  Matthew 18:3

  • Christian Family

“The home:  the place where the human being becomes oneself, it is there that Julie learned to love, to pray, to grow in the faith in confidence, in abandonment.” 

Christian Marriage

It is in Cuvilly, a little village in the north of France, in a home where “piety and virtue were hereditary” that Julie was born.  Her father, Jean François Billiart (from Cuvilly), married her mother Marie-Louise Antoinette Debraine (from Maignelay) in 1739.  A consistent approach that gives meaning to the baptism of their children.

2-MariageBilliart_DebraineMarriage certificate of Julie Billiart’s parents in 1739.  Click on the image to enlarge it.

Baptism – Eucharist – Confirmation

12-Citation-EN
Seventh child of the couple, Julie is baptized the day of her birth, July 12, 1751.

3-Bapteme_julie
Baptismal certificate of Julie Billiart.  Click on the image to enlarge it.

“You will receive my letter on the anniversary of my baptism.  How I ought to die of shame for having already spent so many years on earth and not yet having died of love for my God.”    Julie, Letter 55.

Julie’s parents had so well encouraged her in her faith that Father Dangicourt discovered a little girl of 8 already full of fervor and willing to share her love for God. Father Dangicourt granted Julie, at age 9, the rare permission of receiving her First Holy Communion. At 13, Julie received the sacrament of confirmation on June 4, 1764.  At 14, she consecrated herself to the Lord by means of a vow of perpetual chastity.

4-Confimation_julie_1764
Confirmation of Julie Billiart on June 4, 1764, in Cuvilly.  Click on the image to enlarge it.

5-CroixReliquaire
In order to reward Julie for her exemplary conduct, a knight gave her a reliquary cross.  When she left Cuvilly, Julie gave it to her parish church.  In 1882, Father Fournier, pastor of Cuvilly, sent it to the Mother House of the Sisters of Notre Dame in Namur.  The cross is today exposed in the Heritage Center at Namur. 

Discovery of God as a loving father

From her early childhood, she received a Christian education from her parents who cared for her in a loving manner until her departure from Cuvilly at age 40.  It is because of their treatment of her that there was formed in her “the image of God as a tender father and a loving mother.”

We must quite simply act like children who, on a very dark night, keep a tight hold on their father’s or mother’s hand and allow themselves to be led.” (Letter from Julie to Françoise, September 1, 1795)

Opening and initiation to prayer

13-champOrge

In several depositions made in preparation for Julie’s beatification and notably in Father Trouvelot’s testimonial, we can read that. “As a child, she often went to her room to pray with a recollection and fervor that deeply impressed her parents and others who chanced to observe it.”  Prayer penetrated Julie’s life and gave it meaning.  During her illness, she was able to spend several hours each day in prayer; she thus strengthened herself in her faith.

6-maison nataleJB
Anonymous sketch of the former Billiart home (around 1791?)

History of the native home of Julie Billiart, click here.

Julie had a very tender devotion to the Blessed Virgin.

This is a tradition garnered by Father Fournier, former pastor of Cuvilly, that, before leaving the church, she would always kneel at Our Lady’s altar.

7-banniere_Julie
Banner that Julie embroidered and that carries in its four corners horns of plenty, overflowing with flowers, and in the middle the monogram of Mary in tufted velvet yarn and sequins with this inscription:
Tota pulchra es, Maria, et macula non est in te. Tu gloria Jerusalem, tu laetitia Israel. (You are all beautiful, Mary, and the original stain is not in you.  You are the exaltation of Jerusalem, you are the joy of Israel.)  Today, this banner is exposed in the Heritage Center at Namur.

Like the other members of her family, Julie had a devotion to the Sacred Heart.

  • Two handwritten lists (enumerating the members of the Confraternity of the Sacred Heart of Jesus established in Cuvilly), done by the hand of Father Dangicourt, were found in a manual of prayers. The tenth name on the first list is that of Julie Billiart, followed further down are those of her sister Marie-Madeleine, her brother Louis-François, and of several people related to them.

8-Liste_SacreCoeur
This list is reproduced in Father J. Claire’s, Life of Julie Billiart, Sands and Company: 1909.

  • In her legal deposition, made at Beauvais in 1882, Madam Victoire Berthelot (Julie Billiart’s great-niece) attests that the veneration of the Sacred Heart was transmitted like a heritage. “My mother told us:  I pray to the Sacred Heart, children.  Keep this devotion:  it is a family devotion.”

9-VictoireNeute_Berthelot-1
Madam Victoire Neute-Berthelot
Undated photo (before 1843) taken in front of Julie’s room in Cuvilly.

Family Pilgrimage

As a child, Julie made a pilgrimage with her whole family to Montreuil-sous-Laon, where the icon of the Holy Face was located, in order to obtain a cure for her and her sister’s eyes. 

10-Ste_Face_Laon
The Holy Face, today in the Laon Cathedral.

  • Faith in action

Family that chooses life

The death of young children was common at the time and the Billiarts did not escape this trial.  Julie’s family chose life in spite of suffering and pain. Of the nine Billiart children, four died at an early age and two during adolescence. By the time of Julie’s birth, three children had already died.  Julie received the first name of her sister, Marie-Rose, deceased one year earlier.  Three other children in the Billiart family died:  Julie was five when her parents lost their newborn; then she was 13 when her sister of 22 years died; and, finally, at the age of 14, she lost her older brother who was 16.   From 1765, there were only three children in the home:  Julie (14), Marie-Madeleine (21) and her younger brother, Louis (11).  These difficult times of mourning certainly united the Billiart family, encouraging each one to go beyond oneself in order to strengthen the family bonds.

Children of the Billiart family

Louise Antoinette                                           1739-1741
Marie Louise Angélique                                1742-1764
Marie Rose                                                       1743-1750
Marie Madeleine Henriette                         1744-1819
Bonaventure                                                    1747-1750
Jean Baptiste                                                   1749-1765
Marie Rose Julie                                             1751-1816
Louis François                                                 1754-1832
Child who died the day of birth                  21/11/1750

Notice on Julie Billiart’s family, click here

Work ethic

14-MoissonJulie’s parents owned a little cloth and sewing notions business as well as a parcel of land to provide for their family.  In spite of reversals of fortune and village jealousies, Julie’s parents understood the meaning of work.  Julie inherited this. In 1767, Jean-François Billiart was forced to sell nearly all his land after thieves seized the goods in his business.  In order to help her parents, Julie made vestments and lace and worked hard in the fields with the field hands.  She also undertook frequent trips on foot or on horseback to sell the remainder of the merchandise left behind by the thieves, even going to Beauvais in order to negotiate a just price for a few pieces of cloth with an honest merchant.

11-ciseaux_Julie
Scissors that belonged to Julie.

A family that viewed separation as one of life’s paths for their children

Even if she was not yet aware of it, at the age of 40, Julie left Cuvilly and her family to follow God’s plan.  Suffering and great difficulties took nothing away from her confidence in God.

“All will go well as I put all my hope in the Lord, all my trust in my God.  It is God’s work, not mine.”  (Julie, Letter 283)

Julie was not alone in suffering exile since she was able to count on family support by means of Felicity, the daughter of her sister, Marie-Madeleine.  Felicity was only 7 years old when her aunt, Julie, became paralyzed and she demonstrated great kindness towards Julie not hesitating to follow her when Julie had to flee Cuvilly.  How her presence must have alleviated Julie’s terrible trial!  Julie would never see her father again, since he died when she was in Compiègne, and she only briefly saw her mother for the last time when being moved from Compiègne to Amiens.

  • A family that practices its faith

Inspired by her parents, Julie put her faith into practice by focusing her attention on the poor and on welcoming all around her sick bed.

“She was able to make religion attractive at a time when many were beginning to abandon their faith.”    Roseanne Murphy

And we today in a different context: “how do we hear the call of Pope Francis?”

 

La famille

anglais

1-Citation-Pape

Le pape François dans Amoris Laetitia a appelé les familles à créer les conditions pour permettre aux enfants « d’accueillir la grâce de Dieu ».

Comment les parents de Julie Billiart ont-ils vécu cela pour leurs enfants ?

« Allons, allez bien au bon Dieu, tout bonnement, tout bonnement, comme un petit enfant, avec simplicité de cœur. » Julie, L. 81.

Les parents de Julie lui ont ouvert des chemins de vie et de joie mais son seul Maître est le Saint-Esprit auquel elle a répondu avec la simplicité de l’enfant.

« Si vous ne devenez comme les petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.» Matthieu 18:3

  • Famille chrétienne

« La maison : lieu où l’être humain devient lui-même, c’est là que Julie a appris à aimer, à prier, à grandir, dans la foi, la confiance, l’abandon. »

Mariage chrétien

C’est à Cuvilly, petit village du Nord de la France, dans un foyer où « la piété et la vertu étaient héréditaires » que Julie est née.  Son père, Jean François Billiart (de Cuvilly), épouse sa mère Marie-Louise Antoinette Debraine (de Maignelay) en 1739.  Une démarche cohérente qui donne sens au baptême de leurs enfants.

2-MariageBilliart_DebraineActe du mariage des parents de Julie Billiart en 1739.  Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Baptême – Eucharistie – Confirmation

12-CitationSeptième enfant du couple, Julie est baptisée le jour de sa naissance le 12 juillet 1751.

3-Bapteme_julieActe du baptême de Julie Billiart.  Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

« Vous recevrez ma lettre pour l’anniversaire de mon baptême.  Mon Dieu, combien je devrais mourir de honte d’avoir déjà passé tant d’années sur la terre et de n’être pas morte d’amour pour mon Dieu. »  Julie, L. 55.

Les parents de Julie l’avaient si bien encouragée dans sa foi de sorte que l’abbé Dangicourt découvrit une petite fille de 8 ans déjà pleine de ferveur et d’entrain à partager son amour pour Dieu.  A 9 ans, l’abbé Dangicourt accorde à Julie la permission très rare de recevoir la première communion.  A 13 ans, Julie reçoit le sacrement de confirmation le 4 juin 1764.   A 14 ans, elle se consacre au Seigneur par le vœu de chasteté perpétuelle.

4-Confimation_julie_1764Confirmation de Julie Billiart le 4 juin 1764 à Cuvilly.  Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

5-CroixReliquairePour récompenser Julie de sa conduite exemplaire, elle reçoit d’un chevalier une croix reliquaire.  Lorsqu’elle quitte Cuvilly, Julie la donne à son église natale.  En 1882, l’abbé Fournier, curé de Cuvilly, l’envoie à la Maison Mère des Sœurs de Notre-Dame à Namur. La croix est aujourd’hui exposée dans le Centre d’héritage à Namur

Découverte de Dieu comme un père aimant

Depuis sa tendre enfance, elle reçoit une éducation chrétienne par ses parents qui s’occuperont d’elle de façon bienveillante jusqu’à son départ de Cuvilly, à l’âge de 40 ans.  C’est à leur contact que s’est formée en elle « l’image de Dieu comme un tendre père et une mère aimante ».

« Tout simplement, il faut que nous fassions comme les enfants qui, dans une nuit bien profonde, tiennent la main de leur père ou de leur mère et se laissent conduire où on les mène. »  (Lettre de Julie à Françoise Blin, 1er sept. 1795)

Ouverture et initiation à la prière

13-champOrge

Dans plusieurs dépositions faites en vue de la béatification de Julie et notamment dans le témoignage de l’abbé Trouvelot, on peut lire que « enfant, Julie se retirait souvent dans sa petite chambre pour y prier et elle le faisait avec un recueillement qui édifiait ses parents et ceux qui en étaient témoins ».  La prière pénétrait la vie de Julie et lui donnait sens.  Durant sa maladie, elle pouvait passer  plusieurs heures par jour en prière ; elle se renforçait ainsi dans sa foi.

6-maison nataleJBDessin anonyme de la maison Billiart autrefois (vers 1791 ?)

Pour en savoir plus sur la maison natale de Julie Billiart, cliquez ici. 

Julie avait la plus tendre dévotion envers la Sainte Vierge.  C’est une tradition recueillie par Monsieur Fournier, ancien curé de Cuvilly, qu’avant de quitter l’église, elle allait toujours s’agenouiller devant l’autel de Notre-Dame.

7-banniere_JulieBannière que Julie a brodée qui porte aux quatre coins des cornes d’abondance, versant des fleurs, et au milieu le monogramme de Marie en chenille et en paillettes dorées avec cette inscription : Tota pulchra es, Maria, et macula non est in te. Tu gloria Jerusalem, tu laetitia Israel.  Cette bannière est aujourd’hui exposée dans le Centre d’héritage à Namur

Comme les autres membres de sa famille, Julie avait une dévotion au Sacré-Cœur.

  • Deux listes manuscrites (énumérant les membres de la confrérie du Sacré-Cœur de Jésus établie à Cuvilly), de la main de l’abbé Dangicourt ont été retrouvées dans un manuel de prières. Le dixième nom de la première liste est celui de Julie Billiart, suivi un peu plus bas de ceux de sa sœur Marie-Madeleine, de son frère Louis-François et de plusieurs personnes de leur parenté.

8-Liste_SacreCoeurCette liste est reproduite dans Father J. Clare, The life of Julie Billiart, Sands and Company, 1909

  • Dans sa déposition juridique faite à Beauvais en 1882, Madame Victoire Berthelot (petite-nièce de Julie Billiart) atteste que le culte du Sacré-Cœur se transmettait comme un héritage: « Ma Mère nous disait : Je prie le Sacré-Cœur, mes enfants.  Conservez cette dévotion : c’est une dévotion de famille. ».

9-VictoireNeute_Berthelot-1

 

Madame Victoire Neute-Berthelot. Photo sans date (avant 1895) prise devant la chambre de Julie à Cuvilly.

Pèlerinage familial

Enfant, Julie fait un pèlerinage avec toute sa famille à Montreuil-sous-Laon où se trouvait alors l’icône de la Sainte Face, pour obtenir la guérison de ses yeux malades.

10-Ste_Face_Laon

 

Sainte Face, aujourd’hui à la cathédrale de Laon

  • Foi dans l’action

Famille qui fait le choix de la vie

La mort des enfants en bas âge était chose courante à l’époque et les Billiart n’échappent pas cette épreuve.  La famille de Julie fait le choix de la vie malgré la souffrance et les douleurs.

Des neuf enfants Billiart, quatre meurent en bas âge et deux à l’adolescence.

A la naissance de Julie, trois enfants sont déjà morts.  Julie reçoit le prénom de sa sœur Marie-Rose décédée un an plus tôt.  Trois autres enfants de la famille Billiart décèdent : Julie a 8 ans quand ses parents perdent leur nouveau-né ; puis 13 ans, quand sa sœur de 22 ans meurt ; et enfin 14 ans, quand elle perd son frère aîné qui avait 16 ans.  A partir de 1765, ils ne sont plus que trois enfants dans la maison: Julie (14 ans), Marie-Madeleine (21 ans) et son petit frère, Louis (11 ans).

Ces épreuves de deuil ont certainement soudé la famille Billiart, encourageant chacun à se dépasser pour se serrer les coudes.

Enfants de la famille Billiart

Louise Antoinette                                          1739-1741
Marie Louise Angélique                               1742-1764
Marie Rose                                                      1743-1750
Marie Madeleine Henriette                         1744-1819
Bonaventure                                                   1747-1750
Jean Baptiste                                                   1749-1765
Marie Rose Julie                                             1751-1816
Louis François                                                1754-1832
Enfant décédé le jour de sa naissance       21/11/1759


Le sens du labeur
Pour en savoir plus sur la famille de Julie Billiart, cliquez ici

14-Moisson

Les parents de Julie possèdent un petit commerce de tissus et d’articles de mercerie ainsi qu’une parcelle de terre pour faire vivre leur famille.  Malgré les revers de fortune et les jalousies dans le village, les parents de Julie ont le sens du labeur.  Julie en hérite.

En 1767, Jean-François Billiart est contraint de vendre presque tout son terrain, après que des voleurs s’emparent de biens de son commerce. Pour aider ses parents, Julie confectionne du linge d’église et de la dentelle et travaille avec beaucoup d’ardeur dans les champs avec les ouvriers de la terre.  Elle entreprend aussi de fréquents voyages à pied ou à cheval pour vendre le peu de marchandises dédaigné par les voleurs, allant même jusqu’à Beauvais pour négocier à sa juste valeur quelques pièces de rouennerie à un honnête commerçant.

11-ciseaux_Julie

 

Ciseaux ayant appartenu à Julie.

Une famille qui vit la séparation comme un chemin de vie pour leurs enfants

Même si elle n’en a pas encore conscience, à l’âge de 40 ans, Julie quitte Cuvilly et sa famille pour suivre le projet de Dieu.  La souffrance et les grandes difficultés n’enlèvent rien au fait de sa confiance en Dieu.

« Tout ira bien, parce que je mets toute mon espérance dans le Seigneur, toute ma confiance en mon Dieu : c’est son œuvre, non pas la mienne. » (Julie, L. 283)

Julie n’était pas seule dans la douleur de l’exil, elle a pu compter sur le soutien de sa famille à travers Félicité, la fille de sa sœur Marie-Madeleine.  Félicité n’avait que 7 ans quand sa tante Julie fut paralysée et fit preuve d’une grande bonté envers Julie, n’hésitant pas à la suivre lorsque Julie dût fuir Cuvilly.  Comme sa présence a dû adoucir cette terrible épreuve pour Julie !  Julie ne reverra plus son père, décédé alors qu’elle était à Compiègne, et aperçut une dernière fois sa mère quand elle fut transportée de Compiègne à Amiens.

  • Une famille qui met sa foi en œuvre

Inspirée par ses parents, Julie met sa foi en œuvre en mettant son attention sur les pauvres et l’accueil de tous autour de son lit de malade.

« Elle était capable de rendre la religion attirante à une époque où un grand nombre commençaient à abandonner la foi » Roseanne Murphy

Et nous aujourd’hui dans un contexte différent : « comment entendons-nous l’appel du pape François ? ».

FEBRUARY 2019 – THE GOODNESS OF GOD

Section 1
Section 2
Section 3
Section 4

French

Discovering the Goodness of God through the benevolent persons who surrounded Julie in Cuvilly

The point of departure for Julie, as that of all the saints, is faith; with her, faith in a Good God, a God who is Father and whose compassionate love enfolds, sustains and carries her, whatever the circumstances of life. She believes in this wise, generous and personal love throughout her life, whether in the poverty endured by her family, in illness or in the life-threatening dangers of the Revolution.

For this theme of the month of February, we are going to discover how Julie experienced the goodness of God during her youth in Cuvilly, a little village in the north of France where Julie was born and lived for the first 40 years of her life.

SECTION 1: THREE NARRATIVES ABOUT JULIE AND HER LIFE IN CUVILLY:

1 a. Testimony of Father Trouvelot, January 20, 1820
2 b. The notes of Father Sellier, June 18, 1852
3 c. The Memoirs of Mother St. Joseph

In the Archives of the Congregation we do not have direct testimonials from anyone who knew Julie during her early years in Cuvilly. It is through the viewpoint of THREE PEOPLE who knew Julie well that we are going to discover how Julie experienced God’s goodness during her youth.

1 a.The Testimony of Father Trouvelot, pastor of Ressons

  January 20, 1820
It is he who teaches us the most about the Julie’s youth because he went to Cuvilly shortly after Julie’s death in order to collect testimonials from her contemporaries. Here is the information that I have been able to gather about the early years of Julie Billiart, he wrote. I am all the more certain about what I write since I knew her very well and heard from her own lips most of what her brother has just told me. He is referring to the younger brother of Julie, Louis Billiart (1754-1832)

signature_trouvelot
trouvelot_1820

 

 

 

2 b. The notes of Father Sellier who met Julie in 1795 but only had a relationship with her from 1810-1811

 June 18, 1852
Father Sellier gives us details concerning Father Dangicourt who will play a considerable role with respect to Julie.

signature_sellier  sellier_1852

3 c. The Memoirs of Mother St. Joseph who met Julie in 1794

Between 1818 and 1838
The Memoirs of Mother St. Joseph contribute some details

signature mère st joseph memoiresst_joseph

We will add some details provided by Sister Theresa of the Passion (Elisabeth Lomax) in 1881 and through Father Clair,  who wrote a biography of Julie, written in 1895 (this latter had access to many documents, today disappeared due to the bombings of 1940).

PereCH.CLAIR


SECTION 2:  PEOPLE WHO ENCOURAGED JULIE IN HER FAITH IN A GOOD GOD

Why would one already hear of Julie spoken about in Cuvilly as “the saint who smiled”? Wouldn’t it be that the populace intuitively perceived in her this smile of God’s goodness imprinted on her face?

Julie, as soon as she attained awareness, always made this choice of life proposed to each one at the beginning of the Bible: Deut. 30:19 “I set before you life and death, blessing and curse; therefore choose life, that you and your descendants may live.”

 It is thus that, step by step she advanced in life surrounded by those who confirmed her in her identity as “a well-loved daughter of the Father.”

Interactive map with people who encouraged Julie in her faith.
Drag your mouse over the map and click on the icons.


SECTION 3: BENEVOLENT PERSONS ON WHOM JULIE SPREAD GOD’S GOODNESS 

While touching on this goodness that was revealed to her by God Himself: in prayer, the Eucharist, the benevolent people who surrounded her, Julie did not keep for herself this inestimable treasure and she, naturally, stimulated this awareness in others with whom she was acquainted!

sjb photo1

In his letter of 1820, Father Trouvelot describes an active and sociable child. From the age of seven, after school, “Julie read good books and taught the catechism to the other children.” According to the declarations of the villagers and as collected by Father Trouvelot, “people never saw Julie in places of public amusement. Prayer, reading good books and teaching other children, directing them away from the occasion of sin, this was her recreation.” Julie “by nature was very quick-tempered, but she learned, with God’s grace, to moderate her natural vivacity so well that even in childhood she let no one suffer from it.”

Father Trouvelot learned from her brother that if she felt she had been too quick with her younger brother, she punished herself for it immediately, and she knew so well how to make up for these small failings that she was the only one who complained about them.” “While she was still a child and in her father’s house,” relates Mother St. Joseph, “she began instructing the poor children in the truths of religion. There was one who was a beggar; the lessons she gave helped him to find the means to earn his livelihood. I saw a letter he wrote her more than thirty years later, well composed, expressing his faith and gratitude; he said that after God she had been the principal cause of the happiness in his life.”

sjb photo2

After her Communion, Julie began “to assist her parents by working in the fields: and visiting the Blessed Sacrament in the afternoon or evening.” During the permitted break in the middle of the day, she assembled the harvesters, men and women, speaking to them of the Good God and having them sing hymns.”

After the theft of her parents’ shop, “Julie, 15 years of age, redoubled her efforts to help the family, securing work in the fields at a harvester, where none of the field-hands could surpass her. Meantime she neglected none of her spiritual duties; each week she went to confession and communion with a devotion and recollection that revealed how deeply she was aware of the greatness of the act she was performing. She seemed to draw from the Eucharist the strength, even physical, that she needed to sustain the great fatigues she bore to relieve the distress of her parents.”

Father Trouvelot also recounts how, one day, Julie “placing her trust in God,” made a bundle of goods and “set out for Beauvais, a city where she knew no one. Arriving at the city, she entered the first shop she found open and offered her fabrics for sale…. For six years, she continued her labor in the fields.”

sjb photo3

When she was 21 or 22, Julie fell ill, “the local physician was called in, and she became the victim of his ignorance; immediately he bled her feet.” She remained “weak and infirm, and for years was unable to walk, until cured.” Her illness could have isolated her but her expansive personality and her enthusiasm inspired people to visit her. “Ill and deprived of the use of her legs, she still found good to do. Noble women, who helped her with her temporal necessities, came to seek her assistance in their spiritual needs, on the advice of their pastor. She continued to teach catechism to the children and villagers who happily gathered at her bedside.”

Interactive map with the noble ladies who helped Julie.
Drag your mouse over the map and click on the icons.


SECTION 4: THE GOODNESS OF GOD IN ALL THE CIRCUMSTANCES OF HER LIFE

In contrast to the rigid views of Jansenism, a movement that predominated within the French Christian Churches of her time, Julie always described God as a Good God. “This is the solid truth,” she said, “the Good God only asks of us to do the good that we can with His grace.”

Julie suffered more and more but, as St. Paul says,” It is when I am weak that I am strong” and her deep conviction of the God’s goodness was immutable in all the circumstances of her life.

3-vision-of-comp...-100-px-x-85-px    2-born-to-be-a-teacher    4-from-her-bed,-julie-teaches-little    1-born-to-be-a-teacher

During her illness:
Formerly a young woman active in Cuvilly, traveling, doing business, comforting the sick, leading the parish, Julie, now on a sickbed, waited; she grew strong in her faith spending several hours each day in prayer. According to Father Sellier, Julie profited “so well from the lessons of her holy director, Father Dangicourt, that she became in just a few years a model of edification and the long series of tests and infirmities contributed greatly to her advancement in the way of holiness by means of the virtues that this state of suffering gave her the opportunity to practice.” In her Memoirs, Mother St. Joseph speaks of Julie crosses, of her bed of suffering: “Living faith was the source of her patience while long and intimate prayer made her illness bearable, strengthened her love, and prepared her for what Providence had in store for her.”

As a postscript to his letter, Father Trouvelot reports “what some people were telling him yesterday.” “That during the time of her infirmity she used to have them come to her room for instruction, and that she went on with her lessons in spite of her suffering. They said that she taught them to love goodness and virtue, which she made attractive, especially through her own patience and kindness and the zeal she displayed in instructing them.”

In spite of the danger of the Revolution:
Julie opened the way of total confidence in God to the inhabitants of Cuvilly, disoriented by new ideas and the troubles associated with the Revolution, a confidence that reassured and guided them. “Such was the esteem that the villagers had for the poor invalid that when they were deprived of their legitimate pastor, they consulted Julie in order to know if they should obey their constitutional priest. Strong in her faith, she prevented all in the village from floundering into schism, though it earned for her the persecution of revolutionary partisans.”

Father Trouvelot says in his 1820 letter: “Julie carried on her work of teaching, especially continuing the religious education of children and others uninstructed in the truths of faith. She had the happiness of preventing many people from falling into schism.”

 

février 2019: La Bonté de Dieu

Section 1
Section 2
Section 3
Section 4

anglais

Découverte de la bonté de Dieu à travers les PERSONNES BIENVEILLANTES qui ont entouré Julie Billiart à Cuvilly

Le point de départ de Julie, comme celui de tous les saints, est la foi ; chez elle, la foi en un Dieu bon, un Dieu Père dont l’amour compatissant l’entoure, la soutient et la porte, quelles que soient les circonstances de la vie. Elle croit en cet amour intelligent, généreux et personnel tout au long de sa vie, que ce soit dans la pauvreté familiale, dans la maladie ou dans le danger mortel de la Révolution.

Pour ce thème du mois de février, nous allons découvrir comment Julie a expérimenté la bonté de Dieu durant sa jeunesse à Cuvilly, petit village dans le Nord de la France où Julie est née et a vécu les 40 premières années de sa vie.



SECTION 1: 3 RÉCITS SUR JULIE ET SA VIE À CUVILLY

a. Le témoignage de MONSIEUR TROUVELOT, curé de Ressons, 20 janvier, 1820
b. Les notes du PÈRE SELLIER,18 juin, 1852
c.  Les Mémoires de MERE SAINT-JOSEPH

Dans les Archives de la Congrégation, nous n’avons pas de témoignages directs d’une personne ayant connu Julie durant sa jeunesse à Cuvilly. C’est à travers le regard de TROIS personnes qui ont bien connu Julie que nous allons découvrir comment Julie a expérimenté la bonté de Dieu durant sa jeunesse.

1 a: Le témoignage de MONSIEUR TROUVELOT, curé de Ressons, 20 janvier 1820   C’est lui qui nous en apprend le plus sur la jeunesse de Julie car il s’est rendu à Cuvilly peu de temps après la mort de Julie pour recueillir les témoignages des contemporains.  «Voilà les renseignements que j’ai pu avoir sur la jeunesse de Julie Billiart, » écrit-il. «Je suis d’autant plus sûr de ce que j’avance, qu’ayant eu l’avantage de connaître particulièrement cette sainte fille, j’ai su d’elle-même la plupart des choses que son frère m’a répétées. » Il s’agit du jeune frère de Julie, Louis Billiart (1754-1832).

signature_trouvelot  trouvelot_1820

1 b: Les notes du PÈRE SELLIER, 18 juin 1852
qui a rencontré Julie en 1795 mais n’eut des rapports avec elle qu’en 1810 ou 1811

Le Père Sellier nous donne des précisions sur l’abbé Dangicourt qui jouera un rôle considérable auprès de Julie.

signature_sellier  sellier_1852

1 c: Les Mémoires de MÈRE SAINT-JOSEPH qui a rencontré Julie en 1794

Entre 1818 et 1838

Les mémoires de Mère Saint-Joseph apportent quelques précisions.

signature mère st joseph  memoiresst_joseph

Nous ajouterons quelques détails donnés par SOEUR THÉRÈSE DE LA PASSION (Elisabeth Lomax) en 1881 et par le PÈRE CLAIR,  qui a écrit une biographie de Julie, écrite en 1895 (celui-ci a eu accès à de nombreux documents, aujourd’hui disparus à cause du bombardement de 1940).

PereCH.CLAIR



SECTION 2:  PERSONNES QUI ONT ENCOURAGÉ JULIE DANS SA FOI D’UN DIEU BON

Pourquoi entendait-on déjà à Cuvilly parler de Julie comme « la sainte qui sourit.» N’est-ce pas qu’intuitivement la population percevait en elle ce sourire de bonté de Dieu imprimé sur son visage.

Julie, aussitôt qu’elle en eut conscience a toujours fait ce choix de vie proposé à chacun dès le début de la Bible: Deut.30 19 « J’ai mis devant toi la vie et la mort, la bénédiction et la malédiction. Choisis la vie afin que tu vives toi et ta descendance après toi. »

Et c’est ainsi que, pas à pas elle avança dans la vie entourée de personnes qui la confirmèrent dans son identité de « fille bien-aimée du Père. »

Carte interactive avec les personnes qui ont encouragé Julie dans sa foi.
Glissez votre souris sur la carte et cliquez sur les icônes.

 



SECTION 3:  PERSONNES BIENVEILLANTES SUR QUI JULIE A RÉPANDU LA BONTÉ DE DIEU

Tout en touchant à cette bonté qui lui était révélée par Dieu Lui-même : dans la prière, l’Eucharistie, les personnes bienveillantes qui l’entouraient, Julie ne put garder pour elle ce trésor inestimable de vie et elle l’éveilla naturellement en celles et ceux qu’elle côtoyait !

sjb photo1

Dans sa lettre de 1820, Monsieur Trouvelot nous décrit une jeune fille sociable et active: dès l’âge de sept ans, après l’école, « Julie lisait des livres de piété et apprenait le catéchisme aux autres enfants. » D’après les déclarations des villageois recueillis par Monsieur Trouvelot, « Jamais on ne vit Julie dans les assemblées de jeux ni de divertissements. La prière, la lecture de bons livres, instruire les autres enfants, les détourner des occasions du péché : c’étaient là toutes ses récréations. » Julie « était d’un naturel très vif mais aidée de la grâce, elle sut si bien modérer sa vivacité que, même dans son enfance, personne n’en souffrit. » Monsieur Trouvelot tenait du frère de Julie que même quand elle parvenait à froisser son cadet, « elle s’en punissait sur le champ et savait si bien réparer ses torts, qu’elle était la seule qui s’en plaignit. »

« Encore jeune dans la maison paternelle, rapporte Mère Saint-Joseph, elle instruisait les enfants d’une pauvre famille et beaucoup d’autres personnes. De ce nombre était un petit mendiant auquel elle donna de si bonnes leçons qu’elle lui ôta la première grossièreté et le mit en état d’occuper une petite place. Après celle-ci il en eut une autre, et, de place en place, il s’établit et parvint à une honnête fortune. J’ai vu avec attendrissement une lettre très bien écrite, pleine de sentiments de religion et de reconnaissance, qu’il écrivit à notre chère mère trente ans plus tard pour la remercier, la regardant, après Dieu, comme la principale cause de son bonheur. »

sjb photo2

Après sa communion, Julie commença « à s’occuper du travail de la campagne pour aider ses père et mère » et « visitait le Saint-Sacrement dans l’après-midi ou le soir ». « A l’heure du délassement permise au milieu de la journée, elle assemblait les moissonneurs, hommes et femmes, leur parlait du bon Dieu et leur faisait chanter des cantiques. »

Après le vol commis dans la boutique de ses parents , « Julie, âgée de 15 ou 16 ans, se mit à travailler avec un courage que rien ne rebutait ; elle faisait la moisson et il n’y avait pas d’ouvrier qu’elle ne surpassait. »  « Jamais cependant ses devoirs de chrétienne n’en étaient négligés ; elle se confessait et communiait tous les huit jours et faisait toujours avec une piété et un recueillement qui montraient combien elle sentait l’importance de ces actions. Elle tirait du sacrement de l’Eucharistie, les forces dont elle avait besoin pour supporter les fatigues. »

sjb photo3

Le Père Trouvelot nous raconte aussi commenté t, un jour, Julie « se confiant à Dieu » prit  « la route de Beauvais où elle n’avait jamais été pour vendre au premier marchand dont elle vit la boutique la marchandise de ses parents qui manquaient d’argent. »  « Elle continua pendant six ans, à travailler et à faire la moisson. »

A l’âge de 21 ou 22 ans, Julie tomba malade, « victime de l’ignorance de ce misérable chirurgien de Cuvilly qui la saigna au pied. »  Elle en resta « infirme et dans l’impuissance de se servir de ses jambes jusqu’à ce qu’elle en fût guérie. » La maladie aurait pu l’isoler mais sa personnalité expansive et son enthousiasme incitaient les personnes à lui rendre visite.

« Infirme et privée de l’usage de ses jambes, elle trouvait encore du bien à faire. Les nobles dames qui la secouraient dans ses nécessités temporelles y venaient chercher , du gré de leur pasteur, son secours dans leurs nécessités spirituelles. Elle faisait encore le catéchisme à des enfants et les villageois qui s’assemblaient volontiers autour de son lit. »

Carte interactive avec les dames nobles qui vinrent en aide à Julie
Glissez votre souris sur la carte et cliquez sur les icônes.



SECTION 4:  BONTÉ DE DIEU TOUTES LES CIRCONSTANCES DE SA VIE

A l’opposé des vues rigides du Jansénisme qui prédominaient au sein des élites du peuple chrétien français à son époque, Julie décrit toujours Dieu comme un Dieu de bonté.

“Voilà la solide vérité”, disait-elle, “le bon Dieu nous demande de faire seulement le bien qu’il nous est possible de faire, avec sa grâce.”

Julie souffrait de plus en plus mais comme le dit St Paul “c’est lorsque je suis faible que je suis fort” et sa conviction intime en la Bonté de Dieu était inaltérable dans toutes les circonstances de la vie

3-vision-of-comp...-100-px-x-85-px  2-born-to-be-a-teacher  4-from-her-bed,-julie-teaches-little  1-born-to-be-a-teacher

• Durant sa maladie :
Autrefois jeune fille active de Cuvilly, voyageant, commerçant, réconfortant les malades, prenant la tête de la paroisse, Julie, maintenant sur un lit de malade, attendait ; elle se renforçait dans sa foi passant plusieurs heures par jour en prières. D’après le Père Sellier, Julie profita «si bien des leçons de son saint directeur, l’abbé Dangicourt, qu’elle devint en peu d’années un modèle d’édification que la longue série d’épreuves et l’infimité ne contribuèrent pas peu à son avancement dans la voie de la sainteté par les vertus que cet état de souffrances lui donna occasion de pratiquer.» Dans ses Mémoires, Mère Saint-Joseph parle des croix de Julie, de son lit de douleur : «une foi vive pouvait seule soutenir sa patience et des entretiens longs et intimes avec Dieu, dans l’oraison, adoucissaient ses maux, fortifiaient son amour et la disposaient aux desseins de la Providence».

En Post Scriptum à sa lettre, Monsieur Trouvelot rapportent les dires des personnes « qui lui ont parlé hier », : «quand elle était infirme, elle les faisait venir dans sa chambre, qu’elle les instruisait malgré ses douleurs et leur faisait aimer la vertu tant elle la leur peignait avec des couleurs aimables, et surtout par sa patience, sa bonté et le zèle qu’elle mettait à les instruire.»

• Malgré le danger de la Révolution :
Julie ouvrait des chemins de totale confiance en Dieu aux habitants de Cuvilly, déboussolés par les idées nouvelles et les troubles liés à la révolution, ce qui les rassuraient et les guidaient. «Et telle fut l’estime que les villageois avaient conçue pour la pauvre infirme que lorsqu’ils se virent privés de leur pasteur légitime, ils consultèrent Julie pour savoir s’ils devaient obéir au prêtre constitutionnel. Forte dans sa foi, elle empêcha tout ce peuple de sombrer dans le schisme, ce qui lui a valu la persécution des partisans de la révolution.»

Monsieur Trouvelot le dit dans sa lettre en 1820 : «Julie s’occupait de l’instruction de la jeunesse, surtout d’apprendre le catéchisme aux enfants et aux ignorants. Elle eut le bonheur de préserver du schisme beaucoup de personnes qu’elle instruisait quand elles venaient la voir.»

 

50 Années de Sainteté