Maladie et guérison

anglais

« Décidez-vous, ma chère, il vaut mieux se tromper que d’être paralysée. »

Ces paroles sont celles de Julie, femme débordante d’énergie, empêchée de bouger durant les 22 années de sa paralysie.  Jeune fille active à Cuvilly, voyageant, commerçant, réconfortant les malades, prenant la tête de la paroisse, Julie perdit l’usage de ses jambes à l’âge de 31 ans et ne retrouva sa vie active qu’à l’âge de 53 ans.  Pendant les douze années qui lui restèrent à vivre, elle déploya une activité intense, se consacrant pleinement à la réalisation de son apostolat : l’instruction chrétienne des jeunes filles pauvres.  Les longues journées d’inactivité et de peine durant sa paralysie lui apprirent à apprécier la joie de pouvoir s’acquitter des moindres tâches !

Les circonstances de sa paralysie

En 1774, Julie discutait avec son père chez elle, quand une grosse pierre fut lancée à travers la vitre et un coup de feu se fit entendre.

Attentat contre le père de Julie. Dessin de Sr Genevieve du Sacré-Cœur (1878-1941) dans le livre The Charred Wood.

Ni Julie ni son père ne furent atteints, mais cet attentat causa à la jeune fille une frayeur extrême dans cet organisme surmené par le travail, ce fut la cause d’une grave maladie.  En 1782, survint une épidémie que les médecins peu clairvoyants de l’époque croyaient guérir par une saignée aux pieds. Le chirurgien du village soumit Julie à d’abondantes saignées qui, peu à peu, lui enlevèrent l’usage des deux jambes, elle dut s’étendre sur un lit qu’elle ne quittera plus pendant vingt-deux ans.

Importance de la prière durant sa paralysie
Autrefois si active, Julie attendait sur un lit de malade et elle se renforçait dans sa foi passant plusieurs heures par jour en prières.

Dans « Au ciel à pied » (1969), Sœur Mary Linscott écrit : « Julie concevait la prière comme la force essentielle qui portait l’âme à Dieu et lui permettait ensuite de se déverser au service d’autrui » .

« Julie dit à Sœur Stéphanie Warnier qu’au cours des huit premières années de sa paralysie, elle n’avait jamais connu ni l’isolement ni la lassitude, parce qu’elle était remplie de la présence de Dieu et soutenue par la force et la joie d’une oraison dont les effets étaient presque tangibles.  C’est durant ses années de paralysie que Julie prit conscience du paradoxe divin de l’action accomplie dans l’inaction.  Julie était énergique de nature ; elle accepta cependant de ne plus pouvoir marcher parce qu’elle y voyait la volonté de Dieu.  Physiquement inactive, sans projets pour l’avenir, Julie apprit à l’école de la douleur et du silence les leçons qu’elle enseignerait un jour avec toute la force d’une santé retrouvée.  Lorsque, à l’âge de 53 ans, elle reprit sa vie active, elle apprécia pleinement le paradoxe des choses faibles de ce monde dont la providence de Dieu se sert pour réaliser de grandes œuvres.  Sa joie et sa confiance en Dieu ne faiblirent jamais. »

Les circonstances de sa guérison

Guérison de Julie. Dessin de Sr Genevieve du Sacré-Cœur (1878-1941) dans le livre The Charred Wood.

Le 2 février 1804, Julie fonda avec Françoise Blin de Bourdon la congrégation des Sœurs de Notre-Dame.  Toujours paralysée des jambes, Julie éprouva des difficultés dans la réalisation de son apostolat.  Un beau matin, le Père Enfantin, Père de la Foi, lui proposa une neuvaine au Sacré-Cœur, sans lui en faire connaître le motif.  Julie accepta et, le 1er juin 1804, elle guérit miraculeusement.

Quatre pages des Mémoires de Françoise relatant la guérison de Julie. L’original des Mémoires est conservé aux Archives Générales à Namur.

Voici ce que dit Françoise dans ses Mémoires à propos de la guérison de son amie Julie:

Un de ces messieurs (Le Père Enfantin, Père de la Foi) très zélé et plein de foi, eut l’inspiration de faire une neuvaine au Cœur de Jésus pour obtenir la guérison de notre Mère.  Il lui dit, lorsqu’il l’eut commencée, qu’il faisait une neuvaine pour quelqu’un et qu’elle s’unisse à lui ; ce qu’elle fit sans plus d’explication.

Le 8 juin, le vendredi de la fête du Cœur de Jésus [En réalité, la guérison eut lieu le 1er juin et non le 8 comme le mentionne Mère Saint-Joseph] , la neuvaine étant à son cinquième jour, il vint à la maison, le soir, après le souper, on voyait encore clair ; notre Mère était seule au jardin, à prendre l’air, sur une chaise.  Il fut vers elle et lui dit :

  • Si vous avez la foi, faites un pas en l’honneur du Cœur de Jésus.

Elle se lève et avance un pied devant l’autre ; ce qu’elle n’avait pas fait depuis vingt-deux ans.

  • Faites encore un, lui dit-il.  Elle le fit.
  • Encore un.  L’effet suivit le commandement.
  • C’est bien, continue le bon Père, asseyez-vous !

Désormais, Julie pouvait participer à la grande mission prêchée à Amiens par les Pères de la Foi puis elle les accompagna à Saint-Valéry-sur-Somme et à Abbeville où elle évangélisa la population. 

Dans « Au ciel à pied », Sœur Mary Linscott nous parle de cette guérison :

« Une intervention chirurgicale fait à la légère avait tellement abîmé un os de son pied que le médecin à qui l’on avait demandé de vérifier ses reliques, lors de l’exhumation de 1888, hésita à l’authentifier.  Il affirmait qu’une personne ayant un os aussi déformé ne pouvait jamais avoir marché.  Julie savait qu’elle marchait grâce à un miracle.  En 1804, elle avait fait ses premiers pas après 23 ans d’impuissance, en obéissant à un ordre : « Si vous avez la foi, faites un pas en l’honneur du Sacré-Cœur ».  Pour lui rendre la faculté de marcher, la maladresse du chirurgien avait-elle été réparée ou la guérison s’était-elle simplement opérée en dépit de cette erreur ?  Julie ne s’était jamais posé la question.  Il lui suffisait de savoir que Dieu lui avait rendu sa santé et son énergie.  Son unique ambition était de les employer toutes deux pour sa gloire. »

A propos de l’influence des Pères de la Foi

C’est grâce à un Père de la Foi bienveillant, le Père Enfantin, que Julie retrouva l’usage de ses jambes et put démarrer sa vocation apostolique.

En 1799, une nouvelle société appelée les « Pères de la Foi » se formait dans l’esprit de la Compagnie de Jésus (supprimée en 1773).  Bien que Julie ne mentionne pas clairement l’inspiration ignatienne de son œuvre, celle-ci est évidente.  Les Pères de la Foi ont été présents à des moments importants de la fondation de la congrégation comme lors de sa guérison.  Parmi eux, on peut citer le Père Enfantin qui invita Julie à se mettre debout au cours d’une neuvaine au Sacré-Cœur mais aussi le Père Thomas qui disait la messe dans la chambre de Julie à l’hôtel Blin et se réfugia à Bettencourt avec Julie et Françoise, le Père Varin qui invita Julie à travailler à la gloire de Dieu et offrit une première règle à la communauté ou encore le Père Leblanc qui accompagna Julie en Flandre où elle fondera plusieurs écoles.  Le 15 octobre 1805, Julie prit d’ailleurs le nom de sœur Saint-Ignace. 

A propos de sa dévotion au Sacré-Cœur

Ce n’est pas pour rien que sa guérison miraculeuse s’opéra au nom du Sacré-Cœur.  Julie avait grandi avec un attachement personnel très fort à la dévotion au Sacré-Cœur.  Elle la répandit à Cuvilly, l’introduisit en Belgique et la laissa en héritage à la congrégation.

Comme nous l’avons déjà mentionné dans le thème du mois de mars, Julie avait une dévotion au Sacré-Cœur comme les autres membres de sa famille.  Dans sa déposition juridique faite à Beauvais en 1882, Madame Victoire Berthelot (petite-nièce de Julie Billiart) atteste que le culte du Sacré-Cœur se transmettait comme un héritage : « Ma Mère nous disait : Je prie le Sacré-Cœur, mes enfants.  Conservez cette dévotion : c’est une dévotion de famille. ».

Confrérie du Sacré-Cœur de Jésus établie à Cuvilly. Liste écrite de la main de l’abbé Dangicourt retrouvée dans un manuel de prières. Le dixième nom de la première liste est celui de Julie Billiart, suivi un peu plus bas de ceux de sa sœur Marie-Madeleine, de son frère Louis-François et de plusieurs personnes de leur parenté. Le document original a disparu mais fort heureusement cette liste est reproduite dans Father J. Clare, The life of Julie Billiart, Sands and Company, 1909.

Importance de la marche durant les douze dernières années de sa vie.

Après 22 ans de paralysie, Julie n’avait jamais pu espérer marcher encore.  En l’espace de dix années, elle entreprit de nombreux voyages en diligence, à dos d’âne ou même souvent à pied en vue d’établir des écoles pour les jeunes filles pauvres.  Alors qu’elle accordait la plus grande importance à la prière, Julie passa les dernières années de sa vie sur les routes, happée par l’action. 

Dans les Archives Générales de Namur, se trouve un petit billet sur lequel Françoise compte les déplacements de Julie : 120 voyages en dix ans ! 

Billet autographe de Françoise

Selon une étude de Sœur Mary Hayes, Julie aurait fait en réalité 119 voyages.  Mais si l’on tient compte des nombreuses fois où Julie a détourné ses voyages pour couvrir un large éventail de préoccupations, Sœur Mary Hayes estime que les voyages de Julie pourraient atteindre 378.

Julie fonda les premières écoles à Amiens, Saint-Nicolas, Namur, Montdidier, Rubempré et Jumet sans avoir besoin de traverser des frontières puisque la Belgique n’existait pas encore.  Si à Amiens on acceptait mal les voyages de Julie, il n’en était pas de même à Namur où elle était soutenue par Mgr Pisani favorable à toutes ses démarches de fondations.  Elle parcourut des kilomètres pour assurer une maison accueillante aux sœurs et à leurs élèves.  En 1809, elle était à Saint-Hubert ; en 1810, c’était la fondation du Nouveau Bois à Gand et, en 1811, l’installation à Zele.  Malgré la guerre durant les dernières années du régime napoléonien, Julie poursuivit encore son œuvre d’éducation en ouvrant des écoles à Andenne, Gembloux et Fleurus.

Sur la carte, les fondations de Mère Julie :
  1.  Saint Nicolas (1806)
  2. Montdidier (1807)
  3. Namur (1807)
  4. Jumet (1808)
  5. Rubempré (1808)
  6. Saint Hubert (1809)
  7. Ghent (1810)
  8. Zele (1811)
  9. Raineville (1812)
  10. Andenne (1813)
  11. Gembloux (1813)
  12. Fleurus (1814)

Sa force d’âme

Comment Julie, jeune fille si active durant sa jeunesse, n’épargnant pas sa peine pour aider ses parents, a-t-elle pu trouver la force durant ses longues années de maladie ?  Parmi les caractéristiques les plus frappantes de Julie, les contemporaines relevaient en particulier sa grandeur d’âme et son courage.  Frappée par de multiples épreuves, dont la maladie, elle ne se laissa pas abattre.  Elle plaçait, au contraire, sa confiance en Dieu, dont « la volonté s’exprime en toutes choses ».  Elle faisait preuve d’un courage, d’une lucidité et d’un sens de l’humour qui marquaient ceux et celles qui la côtoyaient.

Sœur Mary Linscott nous parle de cette force d’âme dont Julie faisait preuve :

« La force d’âme est la qualité qui unit l’esprit d’entreprise, le courage, la vigueur et l’énergie.  D’un point de vue positif, elle apporte la confiance, la puissance d’agir, la réussite et des désirs illimités ; d’un point négatif, elle engendre le refus de céder, l’endurance, la persévérance et la patience. »

Sainte Julie écrivait : « Plus que jamais, je sens la nécessité des âmes fortes, généreuses, courageuses, des âmes mâles, en un mot, qui ne craignent rien, rien sur la terre que le péché, que déplaire au bon Dieu…  Allons, courage ! Courage ! mais un courage mâle ; ma chère sœur, ne vous laissez jamais décourager par aucune difficulté…  Il nous faut, pour notre vocation, des âmes apostoliques courageuses qui n’ont pas peur des difficultés et qui se donnent à Dieu sans réserve…  Si nous n’avons qu’une vertu médiocre, notre œuvre ne durera pas ; elle a besoin d’âmes d’acier pour tenir bon dans le siècle où nous vivons. »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s