COMPIÈGNE – THE VISION

français

As a disciple of Jesus, Julie knew that the cross was inevitable in her life.  She went through the experience of trials and suffering.  But she also knew that it was by means of this cross that she would experience resurrection and new life.

1_Citation_EN

2_BD-charette_EN
Drawing from the comic book, Saint Julie Billiart, Signe, 2000.  (Available in the Heritage Centre of the Sisters of Notre Dame – heritagecentre@sndden.org). 

Threatened at Gournay-sur-Aronde by the revolutionaries, Julie and her niece, Felicity, were brought to Compiègne and abandoned in the courtyard of an inn.  This must have been in April of 1792, as recalled in graffiti on the wall of the chateau of Gournay-sur-Aronde.  The years spent in Compiègne are without doubt the most difficult of Julie’s life.  Her health is quickly deteriorating. Completely paralyzed, she loses her ability to speak as testifies Father de Lamarche who knew her in 1793: “Mère Julie was living secluded in a bedroom with one of her nieces who took care of her.  I went to visit her and she could only speak by means of signs.  In order to hear her confession, it was necessary for her to be notified an hour in advance.”  Bedridden, she offers herself as a victim, giving to Christ her life as a woman dispossessed of all activity and all possibility of giving service.  Pursued and unwelcome, Julie and her niece changed lodging several times until October of 1794, the date when Madame Baudoin, who formerly spent her summers in Cuvilly, took Julie under her protection and had her brought to Amiens.

  • Compiègne and the Revolution

While Julie is in Compiègne, King Louis XVI is arrested.  It’s the end of royalty in France; the monarchy is replaced by a Republic in September, 1792.  The King is executed but, in order to face the many counter-revolutionaries and French monarchists, Robespierre puts in place exceptional measures that will be later called the “Terror.”  The most well-known is the terrible law of the suspicious that requires the taking of a census of all those who go against the revolutionary cause.  Everywhere committees of surveillance control opinion.  They send suspicious persons to exceptional tribunals or revolutionary courts.  Nearly 20,000 people, suspected of counter-revolutionary sympathies, are executed.

“Days of darkness are perhaps our best and happiest days for glorifying God.” Julie Billiart

  • Julie, “the unwelcome”

Everywhere they look for those who go against the cause of the French Revolution; this is the case of the 16 Carmelites of Compiègne who refuse to swear allegiance to the Nation (because it is opposed to their vow of obedience).  On July 17, 1794, the Carmelites of Compiègne are guillotined.  This news was no doubt very painful for Julie.  Julie was in contact with the Carmelites of Compiègne:

  • She knows Father de Lamarche who, disguised as a worker, had blessed each one of the Carmelites going to her death.
  • By means of her niece, Felicity, who washed the linens for them. We know this thanks to a letter from Mother Henriette de Croissy, Carmelite (between 1792-1794).

Like the Carmelites, Julie offers herself to God in order to save France and Christians; she will suffer profoundly from the knowledge of their violent death in Paris in July of 1794.  A letter from Father de Lamarche to Abbot Belfroy in 1820 allows one a little approach to the mystery of the surprising solidarity lived by Julie in Compiègne with all the oppressed, those left behind:  “I followed her intermittently for about a year; I admired more and more the progress that she was making in piety.  She offered herself continually as a victim to God to appease his anger… always calm, always united to God.  Her prayer was continual.”  The testimony of Abbot de Lamarche expresses his admiration for Julie’s faith and her strength of soul.

3_Citation_EN

  • Julie, isolated from much spiritual nourishment

Near Julie, few people:  her niece, Felicity, who from day to day had to keep abreast  of the external situation and, notably, the death of her father in June, 1792.  From 1793, Abbot de Lamarche who met her at that time “rendered his religious services” to pious persons and to the Carmelites.  One can hypothesize that Abbot de Lamarche knew, through Abbot Courouble in 1792, the name and address of the invalid.  Doubtlessly, before their exile to Liège in November of 1792, Abbots Courouble and Carlet, were spiritual directors – one of the Carmelites, the other of the Visitation community.

  • “Confidence, love, total abandon into the hands of God; there is your strength, your support.” Julie Billiart

4_BDvisioncompiegne_EN

It is while she was suffering the most from her physical state, when she was totally powerless, hunted, surrounded by violence and the insecurity of the times, that Julie lived one of the most profound spiritual experiences of her life.  It is at Compiègne that, one day rapturous in ecstasy, Julie suddenly sees Jesus on the cross of Calvary, surrounded by a great number of women wearing a religious habit that she did not recognize.  Julie, then, received her vocation of foundress:  “These are the daughters that I give you in the Institute that will be marked by my cross.”

It is in the recollections of some boarders and, especially, in the depositions in preparation for Julie’s beatification (1881-1889), preserved in the archives of the congregation in Namur, that we find testimonials mentioning the vision that Julie had in Compiègne around 1793.

5_Depositions
Picture of the folders containing the depositions of the sisters in preparation for the beatification of Julie.  General Archives of the Congregation in Namur

“She had a vision in which the Good God revealed to her the work she was one day to found.  She had seen a cross, then, all that she was to endure:  suffering, persecutions, etc….    She had also seen some religious women with our habit and Our Lord had told her: ‘These religious will be your daughters.’”  Recollections of Mère Julie by Sister Reine Cambier, age 78, 1879.  [Green notebook 29 (General Archives), p. 130-134]

  1. Julie speaks very little of this mystical intuition.  These are always intimate revelations to one or other confidante. 

“Since I have never spoken to anyone since that was said to me in confidence, I have forgotten a little.”  Testimony of Mademoiselle Henriette Fallon, aged 84 (former boarder who knew Julie Billiart in 1809), Namur, 1879 [Green notebook 28 (General Archives), p. 78].

“Our foundress was so humble that she never spoke of this vision.  We knew of it from Sister Anastasia, superior of the Namur house (1816-23).  […] Sister Madeleine (the one who walked with crutches) told me the same thing, but Mère Julie rarely confided about it.”  Recollections of Mère Julie by Sister Reine Cambier, 1879. 

“In 1812, if I’m not mistaken, at the time when Mère Julie went to Amiens for the reunion, she had another vision and wrote to our dear Mother St Joseph.  We wanted to question her about this, but she answered: ‘You will know all about it in heaven.’  Then she smiled and, when we insisted, she said: ‘Mère Julie wouldn’t be happy if I were to speak of it because she had me tear up the letter that she wrote to me from Amiens, and in which she recounted to me what Our Lord had shown her and said when she approached Amiens.’”  Recollections of Mère Julie by Sister Reine Cambier, 1879.

Here are some details concerning the vision of 1812 about which Sister Reine speaks. (See the Proceedings of Fama sanctitatis in preparation for Julie’s beatification).  The bishop of Amiens had expressed his regrets on having sent Mère Julie away from his diocese and invited her to return.  At the moment of her entrance into the house (rue du Faubourg de Noyon in Amiens), Julie had an apparition of Jesus Christ carrying his cross and addressing these words to her:  “ I am the Way, the Truth and the Life.”  At the same time, the Savior seemed to be leaving the house on the Faubourg-Noyon.  Julie had many reservations on the subject of these extraordinary graces so the Sisters knew very little of what happened to her.  But, once again, the theme of the cross was present in Julie’s life.

  1. The description of the vision is always the same:  cross – persecution in Amiens – women religious in a habit
6_MAClaus_1882-1
Testimony of Sister Marie Adèle Claus deposed at Clapham (G-B) June 16, 1882.  Click to download  the document.

“The oldest Sisters of the Congregation spoke to us of a vision granted to our Mother, during the years of suffering and privation that she spent in Compiègne prior to her stay in Amiens, in the home of the Viscount Blin de Bourdon.  What was shown to Julie, still on her bed of suffering, (1793), was an ELEVATED CROSS, on a mountain and, at the foot of the cross, a large number of RELIGIOUS WOMEN, DRESSED AS WE ARE, and Our Lord said to her that these religious would be her daughters but that she would have to submit to a GREAT PERSECUTION IN AMIENS.”  Testimony of Sister Marie Adèle Claus deposed at Clapham (G-B), June 16, 1882, pp. 38-39.

  1. Persecution in Amiens

“Our good Mère Julie says that it was because of this vision that she had felt so much repugnance in coming to Amiens when Madame Baudoin appealed to her to come there.  She knew that the work of the Institute would occur but she didn’t know when or how.”  Recollections of Mère Julie by Sister Reine Cambier, 1879.

  1. Faces that she recognized later, among which…
  • Mother St. Joseph: At times, full of a confident abandon, good Mère Julie spoke to me of the glory of the Sacred Heart of Jesus, for whom she had such a great love and her miraculous cure. Then, while walking one day, she said to me that, while still being on her bed of suffering in Compiègne, incapable of budging because of her paralysis, the Good God showed her the work he wanted to accomplish through her.  She had also seen at that time that Mademoiselle Blin would be her companion in this work.  She added that when Mademoiselle Blin made her first visit after she had left prison, ‘I recognized her immediately!’”  Testimony of Mademoiselle Henriette Fallon, aged 84 (former boarder who knew Julie Billiart in 1809).  Namur, 1879 [Green notebook 28 (General Archives), p. 78.]
  • “From then on, she had distinguished our Reverend Mother St. Joseph who would later be the salvation of the Institute.”  Deposition of Sister Marie Claudine (in the world, Julie Godefroit), January 25, 1883, at Chimay, pp. 56-57.

After the death of her father in 1797, Françoise was free to consecrate herself to God as she wished.  But, she had doubts as to the shape of this project; she hesitated to become a Carmelite.  It is only at this time that Julie shared with her the role Françoise had in the vision she had had while hiding in Compiègne:  women religious assembled at the foot of the cross and among them was found the face of Françoise whom Julie did not yet know.  After the death of the Viscount Blin, Julie felt free to speak to Françoise of her intuitions in some letters:

“I always have before my eyes that about which I spoke to you once: that the Good God granted me the grace of finishing my days with you.  Divine Providence, having permitted that I meet you, you will have what it takes to exercise your zeal with me…”  “As soon as I learned of the death of your father, I saw you throw yourself in my arms.  It seemed to me that this was going to be the moment when the Good God would give you to me and me to you in so strong a manner that only death would separate us.”

  • Sister Ursule (Marie) Blondel: “In this vision, she knew distinctly each of her first religious. […] “When the young MARIE (BLONDEL) presented herself to our worthy Mother during a trip to Ghent, June 11, 1813, our good Mother, seeing this sincere girl of 17 years take a step toward her, and as soon as Marie said:  “Reverend Mother, permit me to ask a favor…,” our foundress interrupted the future postulant and embraced her enthusiastically saying to her:  ‘Yes, yes, you will be my good dear daughter:  I saw you at Compiègne.’”  Notes about sisters who have died, XIV, p. 47 and Deposition of Sister Julienne des Anges (Marie Philomène Berlenger), August 2, 1882, at Antwerp, pp. 3-4.
  • “But our respect for our venerable Foundress was such that, not one of us, not even our Superior, Sister Marie Steenhaut, dared to ask our dear Mère Julie to explain what she said.  “I saw you in Compiègne.”  Annals of Nouveau-Bois in Ghent. 

7_Citation_EN

 

 

Compiègne Thème – la vision

English

En tant que disciple de Jésus, Julie savait que la croix était inévitable dans sa vie: elle fit l’expérience d’épreuves et de souffrance. Mais elle savait aussi que c’était par la croix qu’elle ferait l’expérience de la résurrection et d’une nouvelle vie.

1_Citation_FR_Correction

2_BD-charette_FR
Dessin de la Bande dessinée, sainte Julie Billiart, éditions du Signe, 2000. (Disponible au Centre d’héritage des SND – heritagecentre@sndden.org)

Menacées à Gournay-sur-Aronde par les révolutionnaires, Julie et sa nièce Félicité sont emmenées à Compiègne et abandonnées dans la cour d’une auberge. Ce devait être en avril 1792, comme le rappelle un graffiti sur le mur du château de Gournay-sur-Aronde. Les années passées à Compiègne sont sans doute les plus difficiles de la vie de Julie. La santé de Julie se détériore vite : tout-à-fait paralysée, elle perd l’usage de la parole comme en témoigne l’abbé de Lamarche qui l’a connue en 1793 : « La Mère Julie vivait retirée dans une chambre, avec une de ses nièces qui la servait. J’allais la visiter, elle ne parlait que par signes. Pour la confesser, il fallait qu’elle fût avertie au moins une heure à l’avance. ». Infirme, elle s’offre en victime, présentant au Christ sa vie de femme dépossédée de toute activité et de toute possibilité de service. Poursuivies et indésirables, Julie et sa nièce changent plusieurs fois de logis jusqu’en octobre 1794, date à laquelle Madame Baudoin qui passait autrefois ses étés à Cuvilly prit Julie sous sa protection et la fit venir à Amiens.

• Compiègne et la Révolution

Alors que Julie est à Compiègne, le Roi Louis XVI est arrêté. C’est la fin de la royauté en France : la monarchie est remplacée par une République en septembre 1792. Le roi est exécuté mais pour faire face aux nombreux contre-révolutionnaires et monarchistes français, Robespierre met en place des mesures exceptionnelles qui seront appelées plus tard la « Terreur ». La plus connue est la terrible loi des suspects qui impose de recenser tous ceux qui desservent la cause de la Révolution. Partout, des comités de surveillance contrôlent l’opinion. Ils envoient les suspects aux tribunaux d’exception ou au tribunal révolutionnaire. Près de 20 000 personnes, suspectées de sympathie pour la contre-révolution, sont exécutées.

« Les jours ténébreux sont peut-être pour
nous les plus heureux pour glorifier le bon Dieu. »
Julie Billiart

• Julie, « l’indésirable »

Partout on recherche ceux qui desservent la cause de la Révolution française : c’est le cas des 16 Carmélites de Compiègne qui refusent de prêter serment de fidélité à la Nation (car en opposition avec leurs vœux d’obéissance). Le 17 juillet 1794, les Carmélites de Compiègne sont guillotinées à Paris.

Cette nouvelle fut sans doute très douloureuse pour Julie car elle était en relation avec les Carmélites de Compiègne (il s’agit du thème du mois de juillet : Julie et la persécution des Carmélites de Compiègne) :

  •  elle connaissait l’abbé de Lamarche qui, déguisé en ouvrier, avait béni chacune des Carmélites allant à la mort.
  • par sa nièce Félicité qui lavait le linge pour elles. On le sait grâce à une lettre de Mère Henriette de Croissy, Carmélite (entre 1792-1794).

Comme les Carmélites, Julie s’offre à Dieu pour sauver la France et les chrétiens ; elle souffrira profondément de leur mort violente à Paris en juillet 1794. Une lettre du Père de Lamarche à l’abbé Belfroy en 1820 permet d’approcher un peu le mystère de solidarité étonnante vécu par Julie à Compiègne avec tous les opprimés, les laissés pour compte : « Je l’ai suivie par intervalles environ une année ; j’admirais de plus en plus les progrès qu’elle faisait dans la piété. Elle s’offrait continuellement comme victime à Dieu pour apaiser sa colère… toujours calme, toujours unie à Dieu. Son oraison était presque continuelle. ». Le témoignage de l’abbé de Lamarche exprime son admiration pour la foi et la force d’âme de Julie.

3_Citation_FR
• Julie, isolée et sans grande nourriture spirituelle

Auprès de Julie, peu de personnes : sa nièce Félicité, qui au jour le jour devait la tenir au courant de la situation extérieure et notamment de la mort de son père en juin 1792. A partir de 1793, l’abbé de Lamarche qui fait sa connaissance alors « qu’il rendait des services de religion » à des personnes pieuses et aux Carmélites. On peut émettre l’hypothèse que ces dernières ont été à l’origine de cette rencontre, ou bien que l’abbé de Lamarche ait connu, par l’abbé Courouble, en 1792, l’adresse et le nom de l’infirme. Et sans doute, avant leur exil pour Liège, en novembre 1792, les abbés Courouble et Carlet, directeurs l’un des Carmélites, l’autre de la Visitation.

• « Confiance, amour, abandon total entre les mains du bon Dieu : voilà notre force, notre soutien » Julie Billiart

4_BD visioncompiègne_FR
Dessin de la Bande dessinée, sainte Julie Billiart, éditions du Signe, 2000. (Disponible au Centre d’héritage des SND– heritagecentre@sndden.org)

C’est lorsqu’elle souffrait le plus de son état physique, quand elle était totalement impuissante, traquée, entourée de la violence et de l’insécurité de l’époque que Julie vécut une des expériences spirituelles les plus profondes de sa vie. C’est à Compiègne qu’un jour, ravie en extase, Julie voit soudain Jésus en croix sur le Calvaire, entouré d’un grand nombre de femmes portant un costume religieux qu’elle ne connaît pas. Julie reçoit alors sa vocation de fondatrice : « Ce sont les Filles que je te donne dans l’Institut qui sera marqué de ma croix. »

C’est dans les souvenirs de quelques pensionnaires et surtout dans les dépositions en vue de la béatification (1881-1889) conservées dans les archives de la congrégation à Namur que nous trouvons des témoignages mentionnant la vision que Julie a eue à Compiègne vers 1793.

5_Depositions
Photo des fardes contenant les dépositions des sœurs en vue de la béatification de Julie. Archives générales de la congrégation à Namur.

« Elle avait eu une vision où le bon Dieu lui avait révélé l’œuvre qu’elle devait un jour fonder. Elle avait vu un calvaire, puis tout ce qu’elle devait endurer : souffrances, persécutions, etc., etc. Elle avait vu aussi des religieuses avec notre costume, et notre Seigneur lui avait dit : « Ces religieuses seront vos enfants. » Souvenirs de Mère Julie par Sœur Reine Cambier âgée de 78 ans, 1879 [Cahier vert 29 (Archives générales), p. 130-134].

1. Julie parle très peu de cette intuition mystique. Ce sont toujours des révélations intimes à l’une ou l’autre confidente.

« Comme je n’en ai jamais parlé à personne puisque cela m’était dit en confiance, j’ai un peu oublié. » Témoignage de Mademoiselle Henriette Fallon âgée de 84 ans (ancienne pensionnaire qui a connu Julie Billiart en 1809), Namur, 1879 [Cahier vert 28 (Archives générales), p. 78].

«Notre fondatrice était si humble qu’elle ne parlait jamais de cette vision. Nous l’avons connue par ma Sœur Anastasie, supérieure de la maison de Namur (1816-23). […] Sr Madeleine (celle qui marchait à béquilles) m’a raconté les mêmes choses, mais ma Mère Julie se confiait très rarement à ce sujet. » Souvenirs de Mère Julie par Sœur Reine Cambier, 1879.

« En 1812, si je ne me trompe pas, au moment où ma Mère Julie se rendait à Amiens pour la réunion, elle a eu encore une vision et l’a écrite à notre chère Mère Saint-Joseph, que nous avons voulu interroger à ce sujet, mais elle répondait : « Vous saurez tout cela au ciel. » puis elle souriait et quand nous insistions elle disait : « Ma Mère Julie ne serait pas contente si je parlais, car elle m’a fait déchirer la lettre qu’elle m’écrivit d’Amiens, et dans laquelle elle me racontait ce que notre Seigneur lui avait montré et dit quand elle approchait d’Amiens. » Souvenirs de Mère Julie par Sœur Reine Cambier, 1879.

Voici quelques précisions sur la vision de 1812 dont parle Sr Reine (voir le Procès de Fama sanctitatis en vue de la béatification de Julie). L’évêque d’Amiens avait exprimé ses regrets d’avoir éloigné Mère Julie de son diocèse et l’invitait à y revenir. Au moment de son entrée dans la maison (rue du Faubourg de Noyon à Amiens), Julie eut une apparition de Jésus-Christ chargé de la Croix, adressant ces paroles à Julie elle-même :  « Regardez-moi et suivez-moi ; je suis la Voie, la Vérité et la Vie. » En même temps, le Sauveur paraissait s’éloigner de la maison du Faubourg-Noyon. Julie émettait beaucoup de réserves au sujet de ces grâces extraordinaires de sorte que les Sœurs ne surent que peu de choses de ce qui lui était arrivé. Mais encore une fois le thème de la croix était présent dans la vie de Julie.

2. La description de la vision est toujours la même : croix – persécution à Amiens – religieuses en costume

6_MAClaus_1882-1Télécharger le Témoignage de la Sœur Marie Adèle Claus déposé à Clapham (G-B) le 16 juin 1882. 6_MAClaus_1882 «

Les plus anciennes Sœurs de la congrégation nous ont parlé d’une vision dont fut favorisée notre Mère, pendant les années de souffrances et de privations qu’elle passa à Compiègne avant son séjour à Amiens, chez le Vicomte Blin de Bourdon : Il fut montré à Julie Billiart, encore sur son lit des douleurs, (1793), une CROIX ÉLEVÉE sur une montagne et au pied de la croix, un grand nombre de RELIGIEUSES, VÊTUES COMME NOUS LE SOMMES ; et Notre Seigneur lui dit que ces religieuses seraient ses enfants ; mais qu’elle aurait à subir une grande PERSÉCUTION À AMIENS. » Témoignage de la Sœur Marie Adèle Claus déposé à Clapham (G-B) le 16 juin 1882, pg 38-39.

3. Persécution à Amiens

« Notre bonne Mère Julie dit que c’était à cause de cette vision qu’elle avait éprouvé tant de répugnance à venir à Amiens, quand Madame Baudouin l’y appelait ; qu’elle savait que l’œuvre de l’Institut se ferait, mais qu’elle ne savait ni quand, ni comment. » Souvenirs de Mère Julie par Sœur Reine Cambier, 1879.

4. Visages qu’elle a reconnus plus tard, parmi lesquels

  • Mère Saint-Joseph : « Parfois pleine d’un confiant abandon, la bonne Mère Julie me racontait à la gloire du Sacré-Cœur de Jésus, pour lequel elle avait un si grand amour, sa guérison miraculeuse puis en se promenant elle me dit un jour, qu’étant encore sur son lit de douleur à Compiègne, incapable de bouger à cause de sa paralysie, le bon Dieu lui avait montré l’œuvre qu’il voulait accomplir par elle, et qu’elle avait vu dès lors que Mademoiselle Blin serait sa compagne dans cette œuvre, aussi ajouta-t-elle, quand Mademoiselle Blin me fit sa première visite après sa sortie de prison, je la reconnus immédiatement ! » Témoignage de Mademoiselle Henriette Fallon âgée de 84 ans (ancienne pensionnaire qui a connu Julie Billiart en 1809), Namur, 1879 [Cahier vert 28 (Archives générales), p. 78].
  • « Que dès lors elle avait distingué notre Révérende Mère St Joseph qui serait plus tard le salut et le soutien de l’Institut. » Déposition de la Sr Marie Claudine (dans le monde Julie Godefroit) le 25 janvier 1883 à Chimay, pg 56-57.

 

Après la mort de son père en 1797, Françoise était libre de se consacrer à Dieu comme elle le souhaitait. Mais, elle avait des doutes quant à la forme du projet : elle hésitait à devenir Carmélite. Ce n’est qu’à ce moment-là que Julie lui fit part de ce qu’elle avait vu au cours d’une vision qu’elle avait eue quand elle se cachait à Compiègne : des femmes religieuses rassemblées au pied de la croix et parmi elles se trouvaient le visage de Françoise que Julie ne connaissait pas encore. Après le décès du Vicomte Blin, Julie se sentait libre de lui parler de ses intuitions dans quelques lettres:

« J’ai toujours devant les yeux ce dont je vous ai parlé une fois : que le bon Dieu me fera la grâce de finir mes jours avec vous – La divine Providence ayant permis que je vous connaisse, vous aurez de quoi exercer votre zèle avec moi … – Sitôt que j’ai su la mort de votre papa, je vous ai vue vous jeter dans mes bras. Il m’a semblé que ç’allait être le moment où le bon Dieu vous donnerait à moi et moi à vous d’une manière si forte que la mort seule nous séparerait. »

  • Sr Ursule (Marie) Blondel : « Dans cette vision, elle connut distinctement chacune de ses premières religieuses, […] » « Quand la jeune MARIE (BLONDEL) se présenta à notre digne Mère, lors d’un de ses voyages à Gand, le 11 juin 1812, notre bonne Mère voyant s’approcher cette candide jeune fille de 17 ans fit un pas vers elle, et dès que Marie dit : « Ma Révérende Mère, permettez-moi de solliciter la faveur … » notre fondatrice interrompit la future postulante et l’embrassant avec effusion, lui dit : « Oui, oui, vous serez ma bonne chère fille, je vous ai vue à Compiègne. » Notices des sœurs défuntes, XIV, pg 47 et Déposition de la Sr Julienne des Anges (Marie Philomène Berlenger) le 2 août 1882 à Anvers, pg 3-4.
  • « Mais notre respect pour notre vénérée Fondatrice était tel, que pas une de nous pas même notre Supérieure, Sr Marie Steenhaut, n’osa demander à notre chère Mère Julie l’explication de cette parole : « Je vous ai vue à Compiègne ». Annales du Nouveau-Bois à Gand.

7_Citation_FR