multiculturalité: une congrégation internationale

anglais

« De Mère Julie à Mère Ignace (1804 à 1842), l’Institut n’a pas cessé de croître ».

Ce constat, Cécile Dupont, jeune chercheuse belge de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, l’a développé dans un brillant mémoire en vue de l’obtention d’un master en histoire pour lequel elle a consulté les Archives Générales des SND à Namur.  Elle s’est concentrée sur les trois premières supérieures générales des SND et en particulier la correspondance (Cécile DUPONT, Le Salut des âmes via le développement de l’enseignement au féminin : les sœurs de Notre-Dame de Namur, entrepreneures de l’éducation (1804-1842), UCL, Louvain-la-Neuve, Juin 2014).

Au cours de sa vision à Amiens, le 2 février 1806, Julie Billiart réalise que ses Sœurs se répandraient hors de la France vers d’autres pays du monde.  Cette extension est prédite, dès les origines de l’Institut, par l’évêque de Gand.  Dans ses lettres, Julie répète plusieurs fois les propos du prélat :  «Comme Mgr de Broglie m’avait promis de beaucoup s’intéresser à notre établissement, et que je lui avais dit bien clairement, que si l’on ne voulait pas donner un autre local à mes Sœurs de St-Nicolas, que je les emmènerais à Namur, il m’avait nettement dit sa façon de penser, lui ; que nous n’étions pas faites pour rester dans un seul diocèse : « Non, Mère Julie, ce n’est pas là votre vocation. » (Lettre 113, 25 avril 1809).  La troisième fois qu’elle énonce l’avis de l’évêque, elle y ajoute une dimension internationale : il est question que la congrégation s’étende « partout dans le monde » (Lettre 114, 26 avril 1809).

1. Missionnaires chez soi : les maisons françaises et belges

Dès l’origine de la congrégation, la fondatrice entreprend d’élargir le champ de son action.  D’abord, sans quitter l’espace français puis belge, les sœurs se font missionnaires.  Elles sont investies d’un rôle apostolique qu’elles se doivent de mener à bien quel que soit l’endroit où les enverra la volonté divine. 

Carte de la France: En 1804, Julie fonde la congrégation dans une France élargie. En effet, la victoire des Français à Fleurus en 1795 entraina l’annexion des Pays-Bas autrichiens et de la principauté de Liège (Belgique actuelle) à la France pour vingt ans. La carte se dessine à nouveau en 1815 après la bataille de Waterloo : les « Belges » sont unis aux Hollandais dans un royaume des Pays-Bas. Mère Saint-Joseph connaîtra l’indépendance de la Belgique en 1830.

La fréquence des fondations suit de très près l’évolution politique.  Mère Julie et Mère Ignace fondent, toutes deux, une à plusieurs maisons par an.  Le supériorat de Mère Saint-Joseph est lui beaucoup moins riche en nouvelles implantations.  Le début de son supériorat voit la concrétisation des derniers projets de Julie Billiart.  Par la suite, Françoise Blin de Bourdon ne fonde presque pas de nouvelles maisons pendant environ 20 ans.  Cet arrêt des fondations est dû au contexte politique de l’époque hollandaise et à l’inimitée du roi Guillaume Ier envers les congrégations religieuses.

Première expérience de la multi-culturalité

Le premier voyage de Julie hors du territoire francophone est celui qu’elle entreprend en juin 1806 avec le Père Leblanc en Flandre où ce dernier est chargé d’inspecter le collège de Roulers.  Julie et le Père Leblanc rencontrent Mgr de Fallot de Beaumont, évêque de Gand de 1802 à 1807, qui exprime le désir d’avoir dans son diocèse une maison des Sœurs de Notre-Dame.  Mère Julie accepte la demande de l’évêque à condition d’avoir des jeunes filles parlant la langue flamande et de les former d’abord à la vie religieuse et aux méthodes d’enseignement. 

En Flandre, région annexée à la France depuis 12 ans, on parle une langue incompréhensible pour Julie.  Le français y est la langue de l’occupant.

 « J’ai fait lire sa lettre en flamand. »  Lettre 106 (Février 1809)

 « […] j’eus un peu de difficulté de le trouver, car ne pouvant parler flamand pour le demander, le bon Dieu permit que je m’adresse à un homme qui ne put jamais me dire un seul mot.  Enfin, je m’en fus tout droit à l’église St-Pierre où je m’adressais encore à un homme qui ne put non plus me répondre, et, […]. » Lettre 113 (Avril 1809)

En revenant de Gand, Julie Billiart demande à la jeune Marie Steenhaut ce que la population dit sur son dos, et en particulier de son costume.

Cliquez sur le document pour l’agrandir et le lire – Le lendemain, notre Mère me conduisit à la grande messe, et dans la rue, elle fut plus d’une fois insultée par les garçons à cause de son singulier costume de voyage. On lui donna toutes sortes de noms, noire sorcière, peau de jambon, aventurière, devineresse, etc. Notre Mère me fit répéter en français les cris flamands, elle en riait, et moi j’étais humiliée de me trouver près d’elle au point qu’en rentrant dans l’église, je lui laissait avancer seule, et j’entendit la messe ou plutôt je donnais cours à mes distractions étant bien loin d’elle toute confuse et humiliée, notre Mère ne s’en apperçut qu’en sortant de l’église, elle me questionna dans la rue, et je lui fis connaitre mon orgueil, elle fut satisfaite de ma sincérité, me donna un avis sur l’humilité et mon estime pour elle augmenta et je fus plus forte dans d’autres épreuves qui m’attendaient. « Premier voyage de Mère Julie en Flandre (1806) », Récit autographe de Sr Marie Steenhaut (orthographe laissée telle que dans le texte original).

Mère Julie trouve les Flamands généreux et travailleurs.  C’est ce qu’elle écrit dans ses lettres : « Ils sont tous, ces bons Flamands, d’une si mûre réflexion pour exécuter leurs affaires, et ne se soucient pas d’un retard, si je n’ai pas le temps de les écouter. »  (Lettre 47, Janvier 1807).  Mais les Flamands peuvent aussi lui mener la vie dure ; d’où quelques expressions peu flatteuses… 

En quittant St-Nicolas pour Gand : « Nous sommes parties […] au milieu de cent personnes qui, je vous l’assure, ne donnaient aucune marque de peine, de se voir enlever un établissement si précieux pour eux ; au contraire, la population nous disait toutes sortes de moqueries. […]  Enfin les autres circonstances que je vous dirai de vive voix, vous feront bien voir que le bon Dieu ne voulait plus que nos bonnes Sœurs restent plus longtemps dans ce pays-là ; nous voilà donc parties. » Lettre 117 (Mai 1809)

Dans ses Mémoires, Françoise nous donne des détails sur les premières postulantes flamandes :

 « Les bontés de Mgr de Beaumont et les promesses de toutes sortes d’assistances qu’il fit à notre Mère, pour le temps que ses sujets seraient préparés, la satisfirent beaucoup et lui donnèrent des espérances fondées de travailler en Flandre pour la gloire de Dieu.  Elle ne ramena de ce premier voyage qu’une fille appelée Thérésia Lauwers, qui ne savait pas un mot de français; elle revint le 29 juin 1806.  On lui avait promis, en Flandre, de lui chercher des personnes qui eussent vocation pour cette œuvre; en effet, elle repartit le 28 août, même année et revint le 18 septembre, ramenant avec elle cinq Flamandes, dont deux ne savaient pas du tout le français, et une, très peu.  Elle partit le 13 novembre; elle ramena en Flandre Thérésia Lauwers à qui nous ne convenions pas et qui ne nous convenait pas davantage. »

Notons aussi que lors de son voyage à Gand, Mère Julie fait une halte avec les jeunes postulantes à Courtrai où elle loge notamment chez Madame Goethals, tante de Mère Ignace, troisième supérieure générale et promotrice des missions lointaines, qui avait alors 6 ans.  La petite Thérèse Goethals reçut une bénédiction de Julie qui l’embrassa tendrement.

Pour Mère Julie, la Flandre est importante.  Elle y reçoit comme postulantes beaucoup de jeunes filles en qui elle découvre des vertus solides.

 « Je vous dirai qu’il se présente bien des flamandes pour notre maison, mais je crois ne vous en ramener qu’une dont ma chère bonne petite Sœur Marie sera bien étonnée, car c’est sa bonne sœur Françoise, […]. » (Lettre 43, Novembre 1806) Ce sont Marie Steenhaut et sa sœur Ciska (Françoise Steenhaut).

 « Vous avez bien fait de parler au confesseur, des flamandes, pour leurs communions, comme je vous l’ai dit et pour qu’il y ait de l’ordre.  Je suis bien aise que vous soyez contente de la petite sœur de Marie (Steenhaut) et je suis aussi contente d’elle-même ; c’est une bonne petite Sœur, elle nous est d’une grande utilité avec toutes nos flamandes. » (Lettre 46, Décembre 1806)

Il est intéressant de remarquer que dans les Archives Générales des SND, nous avons de nombreux documents autographes de Sr Marie Steenhaut ; ceux-ci nous sont très précieux pour retracer l’histoire et découvrir les émotions des Sœurs de l’époque.  Parmi ceux-ci : 1er voyage de Julie en Flandre en 1806 ; Annales de Saint-Nicolas et Gand ; Quelques lettres. 

Cliquez sur le document pour l’agrandir et le lire – Première page des Annales de Saint-Nicolas : Notice sur l’établissement de St-Nicolas, transféré à Gand après deux ans et demi d’existence dans la paroisse de St-Pierre, écrit en l’année 1844 par un témoin oculaire et auriculaire, Sœur Marie de Jésus Steenhaut, supérieure.

La jeune sœur de Sr Marie Steenhaut, Françoise (Sœur Ciska), était très appréciée de Mère Julie qui en parle dans ses lettres avec beaucoup d’affection.  Dans ses Mémoires, Mère Saint-Joseph ne laisse nul doute quant aux qualités de cette jeune fille :

« Mais revenons à notre principale affaire.  J’ai laissé M. Cottu dans la chambre de la Mère Julie à qui, étant sur le point de sortir, il demanda:
– Qui emmènerez-vous d’abord avec vous?
– Mais dit-elle, j’emmènerai une telle, une telle, etc.
Et quand elle nomma la Soeur Ciska Steenhaut, qui était une jeune Flamande de Gand âgée de dix-sept ans, sachant bien le français, dont M. de Sambucy faisait grand cas et qu’il eût bien voulu retenir:
– Non, dit M. Cottu, laissez-la.
– Mais, mon Père, n’aviez-vous pas dit que je devais les emmener toutes?
– Je vous dis de la laisser; on ne sait pas si Monseigneur n’en voudra pas garder quelques-unes.
– Mon Père, elle ne voudra pas rester, j’en suis sûre.
– Laissez-la toujours.
– Je vous assure, – ajouta la Mère Julie, – qu’elle ne le voudra pas. »

Mère Julie fonde trois écoles dans le diocèse de Gand (en Flandre).  Le 9 décembre 1806, elle établit la maison de Saint-Nicolas.  Trois sœurs y sont envoyées dont Sr Marie Steenhaut chargée de s’occuper de la classe de flamand.  Mais, en mai 1809, les Sœurs sont contraintes de quitter cette maison à cause de son insalubrité.  Elles arrivent à Gand où Mère Julie eut de la peine à trouver un logement convenable.  Ce n’est que le 21 novembre 1809 que les Sœurs s’installent à la rue des femmes à Gand et fondent l’école du Nouveau-Bois le 15 février 1810.  Le 11 novembre 1811, les Sœurs établissent une école à Zele.

Cliquez sur le document pour l’agrandir et le lire – Extraits de la liste des voyages de Mère Julie (Page 1 à 3 : de 1804 à 1809 – fondations des maisons en Flandre), autographe de Mère Saint-Joseph.
Extraits de la liste des voyages de Mère Julie (Page 1 à 3 : de 1804 à 1809 – fondations des maisons en Flandre), autographe de Mère Saint-Joseph.

Une fois installées, les religieuses doivent se ménager une place au sein de la population et s’intégrer aux us locaux.  La langue est l’un des plus importants obstacles auxquels elles se heurtent lors de leur arrivée en Flandre.  Parmi les enfants qu’elles reçoivent « il n’y en a que cinq ou six qui entendent le français sur un si grand nombre » (Lettre de Sœur Catherine Daullée à Sr Saint-Jean à St-Hubert, Gand (rue des femmes), 29 décembre 1809).  Afin de surmonter cet obstacle, la supérieure générale demande immédiatement la formation de postulantes flamandes.  Elle raccourcit également leur noviciat à deux mois afin que les sœurs puissent au plus vite commencer à enseigner dans la langue des enfants (Annales de Saint-Nicolas).  Les sœurs adaptent également leurs exigences au public auquel elles s’adressent.

2. Des perspectives internationales : les Pays-Bas et l’Amérique

Première implantation à l’étranger : la Hollande

Avant l’Amérique, les premières tentatives d’implantation hors de l’espace franco-belge sont dirigées vers la Hollande.  A la toute fin de l’année 1809, Julie Billiart entreprend un voyage à Breda.  Elle s’y rend à la demande d’une dame proposant sa maison pour y réaliser une fondation.  La dame charitable ne convainc pas Julie Billiart et la fondation ne se fit pas. 

Quelques années plus tard, en 1819, c’est à nouveau de Hollande que parvient une autre sollicitation. 

Père Matthias Wolff

Le Père Wolff, un jésuite, sollicite Mère Saint-joseph afin de placer chez les SND quelques filles à former.  La supérieure générale accepte et reçoit dans la maison de Gand trois novices hollandaises (Marie Stichters, Sophie Miltner et Lubuina van Elck).  Entre 1820 et 1821, quatre autres postulantes se présentent.  Ces jeunes femmes sont reçues et formées par les SND mais demeurent sous la direction du Père Wolff.  Ces religieuses extérieures ne sont pas destinées à demeurer dans la congrégation.  Dès l’origine, il est question qu’elles retournent fonder un établissement en Hollande.  Elles établissent une nouvelle congrégation le 29 juillet 1822 qui s’applique à l’éducation et adopte le nom de « Pédagogie chrétienne ».  Cette congrégation évolue indépendamment de celle des SND de Namur.  Elle en suit malgré tout les Règles, adaptées au contexte particulier du pays.  Aujourd’hui, cette congrégation est connue sous le nom de SND d’Amersfoort et bien qu’elles ne reconnaissent pas Julie Billiart pour fondatrice, lui vouent une dévotion particulière.

Départ pour l’Amérique : un désir de voyage mûri de longue date

Considérons avec attention ce que Cécile Dupont écrit dans son excellent travail de recherche dans les Archives Générales de la congrégation des SND.

« La volonté de partir en mission lointaine est présente chez les SND longtemps avant leur départ effectif.  Déjà sous Mère Saint-Joseph, des allusions à ce désir d’évangélisation hors d’Europe sont présentes.  Il n’existe pas encore de projet concret mais des phrases disséminées ça et là dans la correspondance témoignent d’une idée qui fait son chemin dans l’esprit de certaines : « … vous nous donnez envie d’aller en mission par toute ce que vous nous dites … mais notre tour viendra j’espère et nous pensons que le bon Dieu appellera les SND au-delà de la grande rivière.  Il n’est rien de nouveau dans notre noviciat sinon que notre désir d’aller en mission s’augmente de jour en jour. » (Lettre de Sr Louis de Gonzague à Sr Stéphanie, 1832).  C’est avec cet objectif à l’esprit que Thérèse Goethals rejoint la congrégation en 1821.  Sous le supériorat de Françoise Blin de Bourdon, en 1824, elle pense un peu trop fort à l’Amérique et Mère Saint-Joseph qui connait le désir missionnaire de sœur Ignace la tempère : « … il paraît que vous rêvez encore à l’Amérique, cependant je ne crois pas que ce soit sérieux. » (Lettre de Mère Saint-Joseph à Sr Ignace Goethals, 31 mai 1827)  C’est toutefois cette rêveuse qui permettra la réalisation de la prédiction de Mgr de Broglie. »

Mère Ignace, bien que promotrice du départ en Amérique, ne quitte pas la Belgique. 

Portrait de Mère Ignace

Elle choisit selon leur caractère, leurs compétences et leur désir, les 8 sœurs pionnières et les accompagne jusqu’à Anvers d’où elles embarquent le 3 septembre 1840, malgré les mises en garde de Mgr Purcell et les réticences des familles en Belgique. 

Sœur Louise Van der Schrieck, pionnière aux Etats-Unis et supérieure de la province de l’Ohio, pendant 38 ans (de 1848 à 1886).

« Le bateau choisi pour la traversée emmène également à son bord des pères dominicains et jésuites qui sont leurs compagnons de voyage.  Les religieuses, malades en mer, racontent avec humour leur traversée à leurs sœurs restées en Belgique. »

« Arrivées sur le nouveau continent, elles voyagent par train et par bateau.  A travers elles, sous leur plume, les sœurs de Belgique découvrent une Amérique sauvage et moderne.  Une fois à destination, les sœurs sont momentanément hébergées chez les Dames de la Charité.  De cette façon, l’emplacement de leur future maison ne leur est pas imposé.  Malgré les difficultés à trouver un bâtiment en ville, les religieuses ne souhaitent s’installer en campagne qu’en ultime recours car il est important qu’elles demeurent auprès des pauvres.  De plus, elles craignent de ne pas pouvoir s’y fournir en matériel nécessaire.  Les SND ont finalement l’opportunité d’acquérir une bâtisse sur Sixth  Street, dans le centre de Cincinnati. »

Bâtiment Sixth Street, dans le centre de Cincinnati

« L’implantation des sœurs aux Etats-Unis ne se fait pas sans difficultés.  Ce nouveau pays dresse plusieurs obstacles sur leur route.  La difficulté principale dont prennent immédiatement conscience les sœurs est la langue.  Dès leur embarquement, les religieuses s’attèlent à l’apprentissage de l’anglais.  Le révérend père French, dominicain passager sur la même traversée, leur sert de premier professeur (Lettre de Sr Louis de Gonzague à Mère Ignace, 21 octobre 1840).  Une fois sur place, les sœurs se rendent vite compte de leurs lacunes dans la maîtrise de l’anglais et de l’importance capitale de la langue pour atteindre leur but.  Elles continuent à s’entraîner deux à trois heures par jour.  Elles indiquent qu’il est nécessaire que les sœurs qui viendraient un jour les rejoindre maîtrisent l’anglais avant leur départ.  Seule sœur Louise (Joséphine van der Schrieck, une des pionnières de la mission américaine qui succède en 1848 à Sr Louis de Gonzague au poste de supérieure de la maison de Cincinnati) parvient à manier cette langue correctement, les autres religieuses peinent à l’assimiler.  Il est évident que cela ne facilite pas leurs tâches apostoliques.  La répartition des tâches selon les capacités est tributaire de la maîtrise de la langue ; il est donc moins facile ici de la respecter strictement.  Le contingent restreint de religieuses est également un frein.  Leur établissement de Cincinnati rencontre toutefois du succès.  Il s’adresse à une large tranche d’élèves.  L’élargissement de leur public et l’absence de noviciat sur place obligent les Sœurs de Notre-Dame à réclamer toujours des renforts. […] »

« Elles vont petit à petit s’adapter à leur pays d’accueil, modelées par leur nouvel environnement.  De leurs habitudes culinaires à leur conception de l’espace, leurs perceptions se transforment.  Les religieuses rencontrent en Amérique une flore et une faune nouvelle.  Elles découvrent de nouveaux goûts, des fruits inconnus et des pratiques alimentaires locales viennent enrichir leurs sens.  Les sœurs s’émerveillent par exemple en découvrant les animaux inconnus et colorés peuplant leur environnement au climat estival beaucoup plus chaud qu’en Belgique. »

« La conception du monde change dans cette terre immense.  Leur premier voyage laisse aux sœurs une impression d’immensité, mais vite elles en viennent à relativiser « …il a traversé l’océan en douze jours et demi, vous voyez que ce n’est pas une si grande affaire d’aller en Europe. » (Lettre de Sr Louis de Gonzague à Mère Ignace, 1 septembre 1841).  Très vite elles rendent compte des différences de perception : les missions de Monsieur Roppe sont à cent lieues (482km) des sœurs, « ce n’est pas fort loin dit-on en Amérique » (Lettre de Sr Louis de Gonzague à Mère Ignace, 1 octobre 1841).  De nouvelles coutumes s’invitent aussi dans le quotidien des sœurs ; ainsi, elles s’étonnent d’abord de l’échange de cadeaux à Noël qui ne se fait pas en Belgique ((Lettre de Sr Louis de Gonzague à Mère Ignace, 4 janvier 1842).  Il y a aussi des usages de politesse « … les Américains ne se saluent pas et les dames lorsqu’elles sont assises ne se lèvent pour personne » ((Lettre de Sr Louis de Gonzague à Mère Ignace, 25 décembre 1840). »

 « Outre le fait que les Sœurs doivent s’adapter au système d’éducation américain, une autre difficulté fondamentale entre les Etats-Unis et l’Europe dans laquelle agissent les sœurs est la confession de leur public majoritairement protestant. »

Conclusion

Aujourd’hui, les distances qui séparent les maisons fondées par Mère Julie en Belgique et en France nous paraissent bien courtes.  Mais du temps de Julie, il n’existe pas de transport aisé entre les villes et il est pratiquement inexistant pour relier les villages.  La diligence est souvent incommode, on marche beaucoup, les voyages sont longs.  Pour garder l’unité de la congrégation, Julie entreprend de nombreux voyages en diligence, à dos d’âne ou même souvent à pied. Entre deux voyages, Mère Julie garde le contact avec toutes les maisons en écrivant de nombreuses lettres à ses filles, surtout les supérieures des maisons secondaires. 

« Il faut nécessairement que dans une communauté comme la nôtre, plusieurs nations se trouvent rassemblées, mais la charité n’examine pas cela parce qu’il n’y a qu’une nation en Jésus Christ. » (Julie, Thèmes)

En Amérique, les religieuses  tentent de se tenir au plus près de ce qui se fait en Belgique : « nous faisons tout comme à Namur, autant que possible. » (Lettre de Sr Louis de Gonzague à Mère Ignace, 7 mai 1841).  Pour maintenir l’unité, on sait l’importance que les supérieures générales accordent à la correspondance.  Mère Ignace permet à la supérieure de Cincinnati d’écrire tous les mois malgré le coût élevé d’un envoi postal.  Elle souhaite maintenir un lien fort et un institut uni.

Texte: Marie Felten, archiviste générale des SND de Namur et Sr Christiane Houet, coordinatrice du Centre d’héritage des SND de Namur

Traduction anglaise : Sr Jo Ann Recker

Bibliographie :

  • Tous les documents reproduits dans ce texte sont conservés aux Archives générales des SND à Namur (archives.generales@sndden.org).
  • Cécile DUPONT, Le Salut des âmes via le développement de l’enseignement au féminin : les sœurs de Notre-Dame de Namur, entrepreneures de l’éducation (1804-1842), UCL, Louvain-la-Neuve, Juin 2014
  • Lire les nombreux travaux de Sr Gaby Peeters sur le rayonnement des SND dans les provinces du Nord de la Belgique.
  • Lire aussi les travaux de Sr Louanna Orth, tel que Souvenez-vous, réjouissez-vous, renouvelez-vous, 1840-1990, Cincinnati, 1990.

2 thoughts on “multiculturalité: une congrégation internationale”

  1. Thank you for the wonderful account of the beginnings of our Notre Dame Congregation. May God be with you, Sister Mary Cluderay S.n.d. British province

    On Sun, Dec 1, 2019 at 7:01 PM Ste Julie Billiart wrote:

    > snddenGW posted: ” anglais « De Mère Julie à Mère Ignace (1804 à 1842), > l’Institut n’a pas cessé de croître ». Ce constat, Cécile Dupont, jeune > chercheuse belge de l’Université Catholique de Louvain-la-Neuve, l’a > développé dans un brillant mémoire en vue de l’o” >

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s