la persécution contre l’eglise – les carmélites de compiègne guillotinées

anglais

SAINTE JULIE BILLIART ET LA PERSÉCUTION CONTRE L’EGLISE AU MOMENT DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

A Cuvilly, Julie devient un tel exemple de confiance et de fermeté dans la foi que les forces révolutionnaires voient en elle une menace.  En 1791, persécutée à cause de sa prise de position vis-à-vis des “prêtres constitutionnels” (ceux qui ont prêté serment de fidélité à la nation), Julie est contrainte de fuir son village natal et de se cacher d’abord à Gournay-sur-Aronde, à Compiègne et plus tard à Amiens.

Julie est à Compiègne au moment de l’apogée de la politique de déchristianisation (septembre 1793-septembre 1794).  La déchristianisation, pendant la Révolution française, a pour but de supprimer le christianisme de la vie quotidienne en France : prêtres déportés ou assassinés, religieux contraints à abjurer leurs vœux, églises fermées ou transformées en temples de la raison ou de la liberté (comme à Compiègne), croix et images pieuses détruites, fêtes religieuses interdites, agendas supprimés, et interdiction du culte public et privé.

Pour faire face aux nombreux contre-révolutionnaires et monarchistes français, Robespierre met en place des mesures exceptionnelles qui seront appelées plus tard la « Terreur ».  La plus connue est la terrible loi des suspects qui impose de recenser tous ceux qui desservent la cause de la Révolution.  Près de 20 000 personnes, suspectées de sympathie pour la contre-révolution, sont exécutées.  C’est dans ce contexte que seize carmélites de Compiègne sont guillotinées en juillet 1794.

Relations entre Julie et les carmélites de Compiègne

1. Julie vivant à CUVILLY est en contact avec les carmélites de Compiègne

Jeune fille à Cuvilly, Julie connait les carmélites de Compiègne chez qui elle se rend pour leur procurer du linge et des broderies.  Analysons les archives générales de la congrégation à Namur…

Les deux biographies anciennes de Julie écrites par le Père Charles Clair en français (1895) et par Father James Clare en anglais (1909) mentionnent les visites de Julie aux carmélites de Compiègne. 

Le Père Charles Clair se base sur les « souvenirs de ses premières compagnes dont nous gardons les copies dans les archives de Namur:

–  Le 7 octobre 1881, Sr Marie Victoire Carez écrit : « […]  Au plus fort de la Révolution, elle [Julie ] se réfugia à Compiègne ; elle y était regardée comme une sainte.  Elle eut des rapports avec les saintes carmélites, qui moururent sur l’échafaud. […] »

–  Dans sa déposition du 25 janvier 1883 à Chimay, Sr Marie Claudine (dans le monde Julie Godefroit) note : « Elle [Julie] eut des rapports avec les saintes carmélites, qui moururent sur l’échafaud. » 

Quant à Father James Clare, il trouve l’information dans les annales de la congrégation écrite en 1844 par sœur Stéphanie Warnier: « Vers l’âge de 18 ans […].  Elle [Julie] visitait à cette époque les carmélites de Compiègne qui infusèrent en quelque sorte l’amour de Dieu et le zèle du salut des âmes dans son cœur. »

Père Charles Clair et Father James Clare ajoutent des détails intéressants qu’on ne trouve pas dans les sources manuscrites :

–  les raisons des visites de Julie aux religieuses de Compiègne : « ce fut à propos des vêtements sacrés qu’elle avait à broder qu’elle entra en rapport avec les carmélites de cette ville » (Père Clair)

–  le talent de la jeune fille.  « Her skill in church embroidery, to which we have already alluded, took her from time to time to the Carmelite Convent of Compiegne, renowned at that time through all the countryside for tis strict observance and the holy lives of its inmates.  Thus she formed an intimacy with that band of noble women who, a few years later, were one and all to win the martyr’s palm; and the annals of her life note that their saintly conversation fanned to yet brighter flame her ardour in the service of God.  Surely it was not a mere chance, but rather God’s eternal seal upon that friendship, that eight days after the hand of Pius X had placed the coronet of the Blessed on the brows of the Virgin of Cuvilly, it was lifted again to set it on those of the martyrs of Compiègne. » (Father James Clare, pg 20-21)

Voici une autre preuve de la relation entre Julie et les carmélites de Compiègne.

L’abbé A. Odon (curé de Tilloloy) écrit vers 1887 :

« Quand les circonstances le permettaient, c’était pour elle une douce récréation, les dimanches et les jours de fêtes, d’aller visiter les carmélites de Compiègne.  Comme Julie était heureuse de s’entretenir à cœur ouvert, à travers leurs grilles bénies, avec les pieuses filles de Sainte Thérèse ! Quelle joie pour son âme de s’épancher dans ces âmes séraphiques, bien faites pour la comprendre !  Pouvait-elle puiser à meilleure source le désir de la perfection, l’attrait pour la vie religieuse, et cette foi robuste, ce vaillant amour pour Notre-Seigneur, cette ardeur généreuse, cet ardeur […] qui devaient être le caractère distinctif de sa sainteté et marquer d’une empreinte profonde l’œuvre qu’elle était appelée à fonder ? »

2. Julie, réfugiée à COMPIÈGNE, a des liens avec les carmélites par l’intermédiaire de sa nièce et de l’abbé de Lamarche.

Julie est en relation avec les carmélites par sa nièce Félicité qui l’avait accompagnée sur le chemin de l’exil.  On le sait grâce à une lettre écrite par Mère Henriette de Croissy.  Ce billet de la carmélite, écrit entre 1792 et 1794, non signé et non daté, mais reconnu authentique, est intéressant et livre quelques détails sur la vie de Julie : la chambre qu’elle occupera bientôt lui permettra d’accueillir de la visite.  Il nous apprend que Félicité lave le linge des carmélites (ou que les linges de Julie et de Félicité sont lavés chez les carmélites).  Un nom est évoqué par Mère Henriette de Croissy : il s’agit d’une certaine Madame Gabriel chez qui Julie sera transportée.  Elle souffre alors de maux de dents assez violents.

« […]  Félicité vient de venir pour chercher le linge qu’elle croyait ici mais elle n’a pas pu prendre le temps d’aller chez vous, il fallait qu’elle allât chez l’apothicaire.  Julie a bien mal aux dents et c’est demain qu’on la transporte chez Mad. Gabriel, elle n’aurait pu garder le ( ?) estropié sans souffrir de sa grande sensibilité.  Le chirurgien juge qu’il va avoir une fièvre putride, dans sa nouvelle demeure elle pourra être visitée mais elle ne pourra garder personne.  Cet heureux embarras n’est pas fréquent… […] Félicité verra avec plaisir que vous lui envoyez le linge par Thérèse, si cela se peut.

Lettre (entre 1792-1794) de Mère Henriette de Croissy, Carmélite guillotinée à Paris en 1794. Arch. dép. Q, FF1 n°50.  Cliquez pour agrandir l’image.

Julie est également en lien avec les carmélites par l’intermédiaire de l’abbé de Lamarche, prêtre de Compiègne.  Il fait la connaissance de Julie en 1793 alors «qu’il rendait des services de religion» à des personnes pieuses et notamment aux carmélites.  C’est lui qui, déguisé en ouvrier, bénira chacune des carmélites allant à la mort.  Le témoignage laissé par l’abbé de Lamarche exprime son admiration pour la foi et la force d’âme de Julie malgré sa paralysie et les menaces liées à la « Terreur » :

« Ce 2 février 1820.  Ce n’est qu’en 1793 que j’ai commencé à connaitre la Mère Julie.  Elle avait quitté son village de Cuvilly.  On l’avait transportée à la ville de Compiègne comme étant un lieu plus sûr, à cause des troubles dont la France était alors agitée.

J’allais alors rendre des services de religion aux âmes vertueuses qui y demeuraient, spécialement aux carmélites.  La Mère Julie vivait retirée dans une chambre, avec une de ses nièces qui la servait.  J’allais la visiter, elle ne parlait pas, ou plutôt elle ne parlait que par signes.  Pour la confesser, il fallait qu’elle fût avertie au moins une heure d’avance.

Elle s’y préparait avec une ferveur extrême et obtenait, comme elle me l’avoua elle-même, la grâce de s’expliquer clairement.  Ce n’était qu’après avoir reçu les Sacrements qu’elle reprenait son silence.  Il m’a paru que ce n’était pas par effort naturel qu’elle s’expliquait en confession mais qu’elle obtenait cette faveur par l’effet d’une foi vive.  Je l’ai suivie, par intervalles, environ une année ; j’admirais de plus en plus les progrès qu’elle faisait dans la piété.  Elle s’offrait continuellement comme victime à Dieu pour apaiser sa colère.  Sa résignation était parfaite ; toujours calme, toujours unie à Dieu, son oraison était presque continuelle. […] »

Témoignage de Monsieur de Lamarche, prêtre, 2 février 1820.

C’est par le Père de Lamarche que Julie a dû apprendre que les carmélites de Compiègne s’offraient en holocauste pour apaiser la colère de Dieu, pour que la paix soit rendue à l’Eglise et à l’Etat.

Quand les carmélites sont guillotinées à Paris en 1794, Julie est à Compiègne depuis 2 ans.  La nouvelle de leur mort fut sans doute très douloureuse pour Julie.  Comme le dit sr Roseanne Murphy (SNDdeN), « leur mort héroïque fit une profonde impression sur Julie ; elle y fit souvent référence des années après.  Elle souffrit de la perte de ses amies car elles avaient été pour elle un soutien de prières depuis qu’elle était enfant. »

Le martyr des carmélites de Compiègne

Les seize carmélites de Compiègne.

Dans le contexte de déchristianisation, le 14 septembre 1792, les carmélites sont expulsées de leur couvent par les autorités civiles. Elles vivent alors leur vocation dans différentes maisons de Compiègne, où elles sont réparties en quatre groupes. Elles prononcent chaque jour un « vœu de consécration totale à la Volonté Divine » — fût-ce au prix de leur vie — pour obtenir la fin des massacres de la Terreur et la paix pour l’Eglise et l’Etat.

Plaque commémorative apposée sur l’une des trois maisons où les carmélites se sont réfugiées à Compiègne.
Eglise Saint-Antoine à Compiègne où l’abbé Jean-Baptiste Courouble (ou Caroube) célèbre la messe – avec l’autorisation du curé constitutionnel Thibaux – pour les carmélites expulsées de leur couvent, et qui résident dans des maisons proches de cette église.

Elles sont arrêtées les 22-23 juin 1794 et incarcérées à l’ancien couvent de la Visitation, transformé en prison. La Terreur est alors au plus fort et touche notamment les ordres religieux. Ainsi à Arras, le 26 juin, quatre religieuses des Filles de la Charité sont exécutées et en juillet, 32 religieuses, Ursulines, sacramentaires et bernardines, ainsi que 30 prêtres, sont guillotinés.

Le 12 juillet 1794, les seize carmélites sont transférées de Compiègne à Paris, où elles sont jugées le 17 juillet sous l’accusation de « machiner contre la Révolution ». L’acte d’accusation est rédigé par Fouquier-Tinville. Elles sont condamnées à mort et exécutées le jour même comme « fanatiques et séditieuses ».

Le 17 juillet, en marchant vers leur martyre, elles prient et chantent le Miserere, le Salve Regina et le Te Deum.  Au pied de l’échafaud, elles entonnent le Veni Creator et renouvellent les promesses de leur baptême et leurs vœux religieux.  Sœur Constance de Jésus (Meunier), novice, est appelée la première.  Elle demande à la Mère prieure (Thérèse de Saint-Augustin Lidoine) sa bénédiction et la permission de mourir.  Elle gravit ensuite les marches de l’échafaud en chantant le Laudate Dominum omnes gentes.  La même scène se produit pour les autres sœurs.  La prieure est immolée la dernière.  Elles sont ensuite inhumées dans une fosse commune au cimetière de Picpus.  Le 27 mai 1906, elles sont béatifiées par le pape Pie X.

« Quel bonheur de mourir pour son Dieu ! » s’était écriée l’une d’elles.  « Soyons les dernières à mourir. » En effet, dix jours après ce sacrifice cessait la tourmente qui, pendant deux ans, avait répandu sur le sol de France le sang des fils de France » (Décret de Béatification)

Les carmélites de Compiègne furent béatifiées deux semaines après que Julie eut reçu cet honneur le 13 mai 1906.

Comme les carmélites de Compiègne, Julie, humblement, participe au mystère d’amour d’un Dieu blessé par la souffrance du monde.  Malgré le danger des troubles liés à la Révolution française, sa conviction intime en la Bonté de Dieu est inaltérable.  Entièrement paralysée et ne pouvant s’exprimer, elle donne un sens à sa vie en s’offrant en victime et en présentant au Christ sa vie de femme dépossédée de toute activité et de toute possibilité de service.  Cet abandon la conduit à une confiance absolue.  Elle écrira plus tard :

Un signe fut donné à Julie, comme une réponse et aussi comme un appel à un don absolu (voir le thème du mois de mai) :  https://snddensjb50.org/2019/05/01/compiegne-theme-la-vision/

Si la croix est présente, Julie sait qu’elle est l’expression de l’infinie bonté de Dieu et de son incommensurable amour.

2 thoughts on “la persécution contre l’eglise – les carmélites de compiègne guillotinées”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s